La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Bambi-frites

octobre 2007 | Le Matricule des Anges n°87 | par Thierry Guichard

Lydie Salvayre prend le parti de rire d’une société à pleurer. Et dresse le portrait drolatique du capitalisme vulgaire et cynique, autant dire : mondial.

Portrait de l’écrivain en animal domestique

Dans une rentrée littéraire où le besoin de publier fait parfois tomber sous la main du lecteur des livres qui lui tomberont ensuite sur les pieds, il est des romans qui rafraîchissent, donnent un élan à la lecture, accrochent du soleil au coin de la bibliothèque. C’est le cas du nouvel opus de Lydie Salvayre, qui se lit avec une allégresse constante. Pas tant pour son sujet, d’ailleurs, que pour le rythme d’une prose qui sait varier ses effets. La narratrice est donc une romancière que le roi du hamburger vient de s’attacher afin qu’elle fasse l’hagiographie de Lui-même, Tobold. Ce rustre-là, tout droit sorti d’une émission de Strip-tease, s’est bâti tout seul, a usé de la bourse comme d’un ascenseur social supersonique. Loin d’être un aristocrate de la finance, le bonhomme est essentiellement vulgaire. Son langage frotté à celui de la romancière devrait faire des étincelles mais, par la grâce de la fable comique, ces étincelles-là n’allument qu’un feu d’artifice d’humour. Notre héroïne, à sa grande « honte », se plie facilement aux ordres de l’empereur du hamburger. Même, elle avoue une certaine fascination pour le monde qu’il lui ouvre et où Bob (Robert de Niro) peut venir lui flatter la croupe. L’écrivain loue vite son âme pour un peu du glacé des magazines people et fréquenter les têtes couronnées au sunlight des médias. Sans compter, aussi, l’attrait de l’oseille.
La belle (elle s’est déguisée en bimbo pour se fondre dans cet univers-là) finit par découvrir chez son maître (au sens propre) une humanité blessée. On est loin d’un glacial directeur de la banque européenne, au mépris accroché aux lèvres comme une rosette à la boutonnière. Ici, Tobold est plus sanguin que hautain. L’homme se prend pour le Christ d’une religion à venir. Celle du « Libre Marché qui va balayer les derniers principes chrétiens » ce qui se traduit plus prosaïquement dans le langage toboldien par : « Les hommes désormais ne veulent plus d’un ciel qu’ils savent vide. Ils préfèrent un panier garni. » Ce n’est pas ce genre de propos qui séduit la romancière mais plutôt l’origine commune qu’elle perçoit entre Tobold et elle. Il ressemble à son père « lanceur de gifles et de jurons obscènes » et Cindy, sa femme (ex-strip-teaseuse), à sa mère. On retrouve à nouveau cette trame obsessionnelle chez Lydie Salvayre, cette évocation familiale qui affleure dans bon nombre de ses romans. C’est que la romancière (celle qu’on lit, pas la narratrice) n’a pas de colère déshumanisée et qu’il lui suffit de faire le procès d’un homme pour plaider aussitôt la défense. Tobold n’en deviendra guère sympathique pour autant, mais en affinant le trait, en ne tombant pas dans une trop grande caricature, le procès de l’homme devient alors celui d’un système économique : « Je finis par penser que Tobold avait compris avant tout le monde que la vulgarité, qui m’apparaissait comme la face maquillée de la violence, sa face avenante, télégénique et tape-à-l’œil, sa face commerciale en quelque sorte, que la vulgarité, désormais, était payante. » Le désenchantement que cela entraîne, Lydie Salvayre en donne une image juste et cruelle vers la fin du roman, lorsque Tobold, conscient, comme tout capitaliste, du potentiel de dépenses que représente chaque enfant s’adresse à la jeune Lili : « Il la questionna longuement, lui que les enfants horripilaient, sur ces ice-creams préférés (les Jolicônes au chocolat), ses actrices préférées (Julia Roberts), ses chanteuses préférées (Beyoncé), ses boissons préférées (le Cola-Coca), ses gourmandises préférées (les bonbons King Size en forme de frites, elle en était folle) et ses écrivains préférés (elle ignorait ce qu’était un écrivain et, à tout hasard, répondit Bambi). » Le capitalisme pédophile a de beaux jours devant lui.

Portrait
de l’écrivain
en animal
domestique

Lydie Salvayre
Seuil,
« Fiction & Cie »
234 pages, 18

Bambi-frites Par Thierry Guichard
Le Matricule des Anges n°87 , octobre 2007.
LMDA papier n°87
6.50 €
LMDA PDF n°87
4.00 €