La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Heures pleines

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Dominique Aussenac

Qu’importe le flacon : carnet de voyage, carnet intime, carnet d’esquisses, recueil de poèmes en prose, livre d’heure, l’ivresse est là. Deux textes délivrent leur liqueur d’or, leur liqueur d’os, mortifère et vive. Le premier « Esquisses d’atelier » convoque l’œil, la main, le pied. Véronique Gentil, peintre, nous entraîne sur ses terres de la Vienne, traversées par la Charente. Les paysages se fondent en un mystérieux précipité, victimes d’un étrange et sensuel corps à corps. L’œil les réduit, la main les apaise, le pied les distend. Quelque chose de métabolique s’opère, d’atemporel. « Dans mes heures creuses les choses se font et se défont. Elles ne sont pas un vide à remplir, elles sont au contraire pleines d’une substance à démêler, à me rendre mobile. » Il y a ici comme l’exaltation d’une présence tout à la fois ancrée et fugace. Dans l’autre texte, « Une lettre » offre d’incessantes pérégrinations entre le lieu habité, petite maison enfouie dans un jardin, souvent au cœur de la nuit, d’innombrables paysages et l’être aimé, si près, si lointain. L’écriture se fait plus matérielle, plus épaisse, s’articule, s’invagine. Les couleurs tranchent, délivrent des arômes de fruits mûrs, de cuirs, le je se délivre, se met à nu, se concentre dans cette citation de Lao-tseu : « Tout être porte sur son dos l’obscurité et serre dans ses bras la lumière. » Un crâne apparaît dans chaque portrait, visage. L’intranquillité baigne chaque instant et pourtant une sérénité, presque un bonheur s’installe. « Le miracle d’une langue, c’est précisément lorsqu’à travers ses lieux communs elle restitue parfois l’instant… » Un premier livre d’une étonnante maturité.

Les Heures creuses de Véronique Gentil
Pierre Mainard éditeur, 76 pages, 11

Heures pleines Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.
LMDA PDF n°89
4.00 €