La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Passé recomposé

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Franck Mannoni

La Vérité fantôme

En trois nouvelles qui remontent le temps, Jean-Luc Payen explore son travail d’écriture, son passé fantasmé et son rapport à l’absence. Dans « Vérité fantôme », le narrateur-auteur, abandonné à la naissance, lit quelques lettres de sa mère, dont il n’a jamais retrouvé la trace. Confiés tels quels au lecteur, ces courriers à l’administration, écrits dans une langue maladroite, portent en eux une force et une richesse qui terrassent le texte qui les entoure. Jean-Luc Payen les sacralise, et pour les approcher, progresse en circonvolutions, multipliant les allers-retours entre les faits et la fiction, les souvenirs et l’imaginaire. Peut-être pour « faire disparaître une deuxième fois (l’inconnue) dans la fiction du cœur ». Une démarche qui le laisse pantelant, insatisfait, jusqu’à ce que sa prose répétitive le libère d’une émotion contenue jusqu’alors : « son cœur se serre dans sa poitrine à l’évocation de cette femme et de ce qu’elle a vécu ». Le passé, caressé par les mots, s’accommode. « Entrer dans la nuit sans le savoir » montre ensuite l’auteur, grand adolescent, s’abrutir de cannabis avant de sombrer dans un délire psychotique où le sentiment de puissance s’accorde avec une paranoïa lancinante. Le doute, le manque d’amour de soi, le taraudent. L’identité se brouille. C’est sur « L’Autre Rive », celle de l’enfance, que des pistes se dessinent et définissent la cohérence de son parcours. Au bord du lac Léman, l’écrivain, dix ans à peine, passe quelques jours avec sa grand-mère dont l’état de santé se dégrade. Jean-Luc Payen se souvient, cherche le sens et la valeur de ces instants. Il disqualifie l’intellect et met sur un piédestal les sensations et les émotions, qui seules atteignent « la vérité de ce que l’on a vécu ». Un baume pour le Moi fragile.

Vérité fantôme de Jean-Luc Payen
Éditions Joëlle Losfeld, 86 pages, 10

Passé recomposé Par Franck Mannoni
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.
LMDA PDF n°89
4.00 €