La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Rire d’outre-monde

janvier 2008 | Le Matricule des Anges n°89 | par Sophie Deltin

Une opérette à Ravensbrück

C’est à Ravensbrück, alors qu’elle y est détenue, que Germaine Tillion, engagée dans la Résistance dès 1940, compose en octobre 1944, le texte inouï qu’est Le Verfügbar aux Enfers. Si le livre est unique en son genre - quoi de plus surprenant qu’une « opérette » traitant d’un camp de concentration ? -, cela ne tient pas seulement à l’exploit que constitue en soi son écriture, au cœur de l’abomination qu’elle est en train d’endurer - elle n’y parviendra que grâce à la solidarité de ses codétenues qui l’aident à se cacher au fond d’une caisse. Il y a surtout cette aptitude singulière à se hisser au niveau de l’analyse scientifique : un sens de l’observation et une prise de distance imputables sans doute à sa formation d’ethnologue (entre 1934 et 1940, elle a travaillé dans les Aurès en Algérie) et que la déportée-écrivain a l’ironie de prêter au protagoniste principal de sa pièce, un conférencier chargé d’étudier une nouvelle et étrange espèce animale, les « Verfügbar », cette main-d’œuvre « disponible » et corvéable à merci par les SS.
Précise et méthodique, cette femme de tous les combats qu’a été Germaine Tillion (aujourd’hui centenaire) ne nous livre pas seulement un document précieux sur le fonctionnement de la société concentrationnaire. Avec la formidable énergie de l’autodérision, de la fantaisie, voire du cocasse, elle invente un dispositif à mi-chemin entre la pièce de théâtre et la comédie musicale (des danses et des chansons populaires scandent le texte), qui donne à exister des valeurs supérieures à la terreur et l’humiliation. Contre la déchéance physique, contre l’apitoiement sur soi et la désespérance, Germaine Tillion a su trouver, en militante opiniâtre, les moyens d’un courage collectif, jusqu’à témoigner que le rire, comme pulsion de survie et arme subversive, peut défier un système de déshumanisation.

Une opérette à Ravensbrück, Le Verfügbar aux Enfers de Germaine Tillion - Présentation de Tzvetan Todorov et Claire Andrieu, Points-Seuil, 128 p., 5

Rire d’outre-monde Par Sophie Deltin
Le Matricule des Anges n°89 , janvier 2008.