La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Faits d’hiver

mai 2008 | Le Matricule des Anges n°93 | par Laurence Cazaux

Une jeune fille et un pendu

Déborah, une jeune fille qui adore danser et Marc, un jeune homme qui adore compter les feuilles mortes qui tombent des arbres, se rencontrent dans un entre-deux. Ces deux-là, nous allons le découvrir au fil de la pièce, sont des âmes errantes, en attente d’éternité. Ils sont décédés de mort violente, un suicide par pendaison et un meurtre par viol. Ne restent maintenant que des signes de leur malheur, Marc a encore un nœud coulant autour du cou et Déborah du sang séché sur ses jambes et ses vêtements. Le temps s’étire, les saisons passent, toute une année. Au printemps, Marc et Déborah parviendront à se raconter leur souffrance et… à s’aimer. Le tout sous le regard de deux puis trois corbeaux, on ne peut plus vivants, qui se bagarrent, cherchent à s’accoupler et commentent les événements.
La pièce est construite de façon mathématique, quatre saisons, quatre scènes par saison, avec une alternance entre les séquences des jeunes gens et celles des corbeaux. L’univers créé est tout à fait étrange. L’impression d’irréalité, de temps suspendu, permet la distance nécessaire pour raconter autrement ce qui pourrait apparaître comme deux faits divers sordides. En redonnant vie à ces morts, Philippe Gauthier convoque l’invisible, matière fondatrice du théâtre. Et nous entrons progressivement dans une autre dimension où l’on parle aux branches, où la forêt pousse un cri et les corbeaux font des bras d’honneur. Nous comprenons petit à petit ce qui s’est vraiment passé pour ces deux-là, et les larmes qu’ils peuvent enfin verser sont comme des gouttes de pluie qui tombent sur la forêt. Philippe Gauthier livre là une drôle de pièce mélancolique, qui mêle la pluie et le soleil, le sourire et la tristesse, la laideur et la beauté. En redonnant la parole à ces deux jeunes morts, en leur permettant cette rencontre improbable, on a la sensation que l’auteur cherche à réparer, de façon infime, cette injustice, ce massacre de la jeunesse perpétué dans la pièce par le même homme au cigare. Avec au final, la sensation d’un vrai gâchis, qui donne envie de s’embrasser dans la vraie vie.

Une jeune fille et un pendu de Philippe Gauthier, L’Ecole des loisirs, 64 pages, 6,50

Faits d’hiver Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°93 , mai 2008.
LMDA papier n°93
6.50 €
LMDA PDF n°93
4.00 €