La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Escale à Tanger

mai 2008 | Le Matricule des Anges n°93 | par Dominique Aussenac

La Pensée de midi N°23 (Tanger, ville frontière)

Dans sa série portraits de villes, après Alger, Palerme, Athènes et Beyrouth, La Pensée de midi fait escale à Tanger, ville frontière. L’anthropologue Michel Péraldi, qui dirige ce numéro, la qualifie de ville transnationale : « l’international c’est de l’excès de nation, le transnational, c’est ce qui excède le national, le déborde. » Cette ville réunit des yeux les deux rives de la Méditerranée, vibre aujourd’hui comme une ruche, attire les hommes d’affaires, est en passe de devenir le premier port de la Méditerranée. L’écrivain Mohamed M’Rabet qui a concocté avec Paul Bowles le très fumeux et désopilant M’Haschish, ne s’emballe pas, revient à un Tanger éternel où l’on prend le temps d’aller à la pêche, de conter et de griffer par djinn interposé Truman Capote ou tout vaniteux sans morale. Mona Kezari nous fait parcourir les ruelles interlopes de la calle del Diablo, présentant les shaykha, sulfureuses danseuses du ventre. Plus douloureux, mélancolique, Mohamed El Halim évoque Bachir, le poulbot, hâbleur, séducteur, trafiquant, qui disparut de Tanger, parti peut-être en exil. Complètent, entre autres, ce dossier, l’habituel carnet d’Hubert Nyssen évoquant la victoire électorale de Napoléon le très petit et une étude fort bien léchée de Sergio Benvenuto sur la figure du jettatore, le porteur de mauvais œil à Naples.

La Pensée de midi N°23, 182 pages, 17 , Actes Sud

Escale à Tanger Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°93 , mai 2008.
LMDA papier n°93
6.50 €
LMDA PDF n°93
4.00 €