La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Avec la langue Cela pourrait choquer

mai 2008 | Le Matricule des Anges n°93 | par Gilles Magniont

Quelques nuages de censure, au ciel menaçant des bienséances.

Au début du XXIe siècle : La Nouvelle Star, majesté terrible du jury, et que dire de la salle (prononcer à l’araméenne : pavillon Baal-TÂR), quand c’est au tour du dénommé Ycare, éventuellement de sang cimmérien, de faire ses preuves sur Le Chanteur de Daniel Balavoine. Lio et son tribunal diront parfait, il faut le garder, mais ne souffleront mot d’un alexandrin altéré. Balavoine en son temps : Les nouvelles de l’école diront que j’suis pédé ; notre étoile 2008 : Les nouvelles de l’école diront que j’suis cinglé. On conviendra que la rumeur première avait une autre gueule, et que, dans la déchéance que le chanteur se promettait, entre les épouses dans leurs rêves maudits et le Dieu pour tout me pardonner, ce pédé-là suggérait sa part de romantisme et de transgression - là où le cinglé n’évoque à peu près rien, sauf pour Elisabeth Bayrou. Alors, pourquoi cette substitution ? Sera-ce qu’Ycare-Le-Prudent a senti quelque violence dommageable au creux des deux syllabes, qu’il a soupçonné les nouvelles de l’école d’intolérance, qu’il n’a pas voulu risquer sa peau de nouvelle star pour une rime « homophobe » ?
Seconde moitié du XVIIe : parachevant l’ultime édition complète de son Théâtre, Corneille corrige un tantinet. Chimène ne s’exclame plus Quoi, j’aurai vu mourir mon père entre mes bras, mais Quoi, mon père étant mort et presque entre mes bras. Atténuation discrète, boiteuse, mais nécessaire : voilà la dénaturée presque présentable, elle a effacé le rouge de son corsage. Quant au romancier Charles Sorel, quelques décennies plus tôt, proposant une nouvelle version de son Histoire comique de Francion, il fait le grand ménage : on n’y parle plus de « foutre », on dira juste des mots « forts sales » ; et si cela ne suffit pas, Sorel offre au lecteur le loisir de parfaire la déco : « si quelques mots seulement vous sont à contrecœur, je vous donne toute licence d’en écrire au-dessus ». Il s’agit désormais de ménager les sensibilités, celles-ci devenues pointilleuses : alors on recompose, alors on acclimate. Le goût classique s’égaye à grand peine des ambiances Sang&Foutre. Et Ycare est peut-être un Classique, lui qui semble partager avec nos délicats ancêtres le souçaille des bienséances.
Classiques aussi, certaines chaînes pour la jeunesse - c’est à croire que le peuple audiovisuel offre asile au bon goût. On raconte que le responsable d’un casting, dissuadant Islam Allaouiche (9 ans) de monter sur le podium d’un jeu télévisé, aurait eu ce mot superbe d’attention : un prénom pareil, « cela pourrait choquer ». Et les adultes éclairés de proposer une solution : pourquoi ne pas prétendre s’appeler Mohammed ou Sofiane ? Petit, je te donne toute licence d’écrire au-dessus de ton prénom. Qu’on ne s’y trompe donc pas : les révisionnismes nouveaux ne s’en tiendront pas au chapitre des mœurs. La mésaventure de l’impertinent Islam ouvre en ce sens quelques belles perspectives de refonte. Dans le champ des variétés, bien sûr : pour le Best of de Pierre Perret, ne pas toucher au zizi mais mettre un peu de gloss sur Lili : Elle arrivait du pays de Candy/ Dans un bateau plein d’immigrés. Et pour les bibliothèques, par exemple, en lieu et place des poèmes contre-nature qui apparient l’esthétique à la morale, hisser plus haut la part éthique : non plus tel distique si choquant de Jean Genet - On se demande pourquoi les Cours condamnent/ Un assassin si beau qu’il fait pâlir le jour, mais son amélioration responsable : On se demande pourquoi le sous-préfet condamne/ Des snipers si purs qu’ils font gémir le lobby alentour. On perd certes la versification, mais on gagne le Ciel.

Cela pourrait choquer Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°93 , mai 2008.
LMDA papier n°93
6.50 €
LMDA PDF n°93
4.00 €