La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue L’effet Salazar

juillet 2008 | Le Matricule des Anges n°95 | par Dominique Aussenac

Sigila N°21 (Entrelacs : Entrelaços)

Les secrets structurent mais aussi divisent les communautés jusqu’aux États. Le Portugal a vécu une dictature, celle du très catholique et anticommuniste Salazar dont le règne a duré de 1932 à 1968. Le Portugal vit-il au ralenti depuis, dans le silence et le secret, parce qu’il n’a pas eu la force, après la révolution des œillets, de remettre sur la table les conditions de ce fascisme, de cette lâcheté et les horreurs toujours tues de sa police politique la sinistre PIDE ? C’est ce qu’avance dans Sigila, revue transdisciplinaire franco-portugaise sur le secret, Béatrice Montamar, créatrice de librairies françaises à Naples et Lisbonne. Fatima Ramos, conseillère culturelle à l’ambassade du Portugal à Paris reconnaît « cette idée du secret, c’est très lourd parce que c’est la non-liberté, il y a toujours cette charge politique. » Ce numéro anniversaire (la revue a dix ans) propose également un portrait de l’écrivain Eça de Queiros, trameur d’intrigues, tisseur d’espaces, ainsi qu’un trop court projet de réponse de Fernando Pessoa à une enquête sur la revue Orpheu qui délivre en 1915, ce souhait toujours actuel : « C’est pourquoi le véritable art moderne doit être dénationalisé au maximum et cumuler en lui toutes les parties du monde. » (Sigila N°21, 300 pages, 16 - 21, rue Saint-Médard 75005 Paris). D.A.

L’effet Salazar Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°95 , juillet 2008.
LMDA papier n°95
6.50 €
LMDA PDF n°95
4.00 €