La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Lagarce dans le texte

juillet 2008 | Le Matricule des Anges n°95 | par Etienne Leterrier-Grimal

Le recueil « Du luxe et de l’impuissance » offre un riche aperçu sur la création et l’engagement de l’écrivain metteur en scène.

Du luxe et de l’impuissance : roman et autres textes

Fondateur dès 1977 du Théâtre de la Roulotte, Jean-Luc Lagarce a créé par la suite bon nombre de spectacles et mis en scène plusieurs de ses pièces au Théâtre Granit de Belfort, au début des années 1990. Les Solitaires intempestifs ont rassemblé dans un recueil les textes, articles et éditoriaux, écrits par l’auteur le plus joué en France après Shakespeare et Molière pour ces deux scènes avec lesquelles il a entretenu durant sa brève carrière un rapport particulièrement étroit, ainsi que pour des revues auxquelles il a collaboré. « J’écris (…) mon Journal sur des cahiers d’écolier, à petits carreaux, de cent quatre-vingt-douze pages ». Dans l’un des textes, Lagarce raconte l’acte d’écrire avec une grande humilité qui s’attache, loin du portrait doré de l’écrivain studieux, aux objets les plus triviaux et les plus simples qui constituent l’environnement immédiat de l’auteur. Autoportrait de l’artiste approfondi ailleurs. Dans « Du luxe et de l’impuissance », notamment, où se manifeste un rapport au monde marqué par le doute qui doit trouver une tentative de guérison dans l’écriture, exacte et intransigeante : « Raconter le Monde, ma part misérable et infime du Monde, la part qui me revient, l’écrire et la mettre en scène, en construire à peine, une fois encore, l’éclair, la dureté, en dire avec lucidité l’évidence. »
Mais Jean-Luc Lagarce n’en demeure pas au degré de la seule conscience individuelle : « une société qui renonce à sa part d’imprévu, à sa marge, à ses atermoiements, à ses hésitations (…) cette société-là est une société qui se contente d’elle-même, qui se livre tout entière à la contemplation morbide et orgueilleuse de sa propre image », affirme un texte intitulé par l’éditeur « Nous devons préserver les lieux de la création ». Récusant l’appel du miroir et le charme dangereux de la rétrospection, la langue de Lagarce est tendue vers le geste, vers la profération présente et collective. Cernant l’intime au plus près, elle dessine dans ces fragments une conception du théâtre sans concession et portée par un élan vital.
Car quoique de nature et de tonalités différentes, tous ces textes sont marqués par l’urgence éthique qui conduit la parole à être lancée en toute vérité et pudeur, qui incite l’existence à se faire chair, et l’homme, à « s’avancer dans la lumière ». Les textes de Lagarce, avec leurs infinitifs réitérés, qui sont autant d’impératifs soudain investis d’une urgence existentielle, disent « ce refus de l’inquiétude », la nécessité d’un rapport renouvelé à autrui, l’illusion de « la vérité sur soi », ou encore un monde libéré des masques. De n’être pas soumis aux obligations de la fiction et de la scène, ces textes briguent chacun à leur manière le rôle de manifestes en même temps qu’ils dessinent un portrait : manifestes de théâtre, mais également manifestes de vie.

Du luxe et de l’impuissance
Jean-Luc Lagarce
Les Solitaires
intempestifs
64 pages, 9

Lagarce dans le texte Par Etienne Leterrier-Grimal
Le Matricule des Anges n°95 , juillet 2008.
LMDA papier n°95
6.50 €
LMDA PDF n°95
4.00 €