La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Sortir des cases

mars 2009 | Le Matricule des Anges n°101 | par Philippe Savary

Les jeunes éditions Cambourakis sont ambitieuses et volontaristes. Arpentant les versants de la littérature et de la bande dessinée, elles multiplient les pistes de lectures.

Début 2006, Frédéric Cambourakis est devant un dilemme : créer sa librairie ou créer sa maison d’édition. Pendant et après ses études d’histoire, ce Parisien aura vendu beaucoup de livres : à la FNAC des Ternes, puis des Halles, à Millepages, à Page 189, quittant une seule fois son poste pour une expérience de bibliothécaire dans un lycée. « Défendre à la fois le fonds et les nouveautés, pour un libraire ça devient une folie, dit-il. Devant cette masse, je n’en pouvais plus. » Et s’imagine volontiers tenir une librairie de quartier travaillant uniquement avec la petite édition puisque « commercialement c’est possible ». Finalement, c’est vers l’édition qu’il se tourne. « Cela demande aussi moins d’investissement. » Avec un budget de 15000 , il lance donc avec sa compagne Géraldine Chognard, elle-même libraire au Comptoir des mots, l’enseigne qui porte son nom, avec pour projet original d’associer deux passions qui les animent : la bande dessinée et la littérature étrangère. Comme un trait d’union, le jeune éditeur publie l’année suivante un Calendrier 2008 au gré duquel douze auteurs de BD illustrent un livre aimé, avec la participation de l’écrivain espagnol Rodrigo Fresán, grand amateur de comics.
Le domaine littéraire, sous ses belles couvertures typo colorées, accueille des rééditions et des inédits d’auteurs en majorité, pour l’instant, hongrois et américains. La fantaisie, l’étrangeté ne sont jamais très loin. On lira avec intérêt Fan man de l’éclectique William Kotzwinkle (l’auteur de E.T. l’extraterrestre), l’odyssée frappadingue d’un hippie aux bouffées délirantes. On goûtera aux parfums capiteux de ceux qui firent entrer la littérature hongroise dans la modernité : Gyula Krúdy, Frigyes Karinthy, Milán Füst (Précipice et son poignant L’Histoire d’une solitude) en attendant la réédition de Kornél Esti de Kosztolányi. « Insatiable » et « pragmatique », Frédéric Combarakis aime surprendre, comme les formats audacieux de ses BD. Il a aussi publié un livre de poésie, Plouk Town, de l’oulipien Ian Monk. Et ne manque pas de projets.

Pourquoi avoir associé littérature et bande dessinée ?
Frédéric Cambourakis : C’est lié à un parcours. J’ai travaillé huit ans à la librairie Millepages BD. Je me suis servi de la BD pour lancer le catalogue avec l’idée ensuite de l’ouvrir à la littérature, qui est peut-être l’élément le plus important pour moi. J’avais un projet avec une jeune Libanaise, Zeina Abirached, que j’ai rencontrée à la librairie. Elle était à l’École nationale des Arts décoratifs de Paris à ce moment-là. Publier de la BD, c’était donc passer à l’acte, et se laisser le temps de trouver des textes littéraires. Nos trois premiers livres furent des BD que nous avons autodiffusés.

C’est plutôt atypique comme association… En terme de visibilité, ce n’est pas un problème ?
FC : Les éditions du Seuil ou Robert Laffont le font, en revanche, chez les indépendants, oui, cela n’existe pas. Évidemment,...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°101
6.50 €
LMDA PDF n°101
4.00 €