La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Enchantements

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104

La Pensée de midi N°28 (Les chants d’Orphée)

La Méditerranée, mer au centre des terres, serait-elle aussi une chambre d’échos ? Comme ces profondes cavernes d’Eole où il tenait, prêts à lui obéir, à se déchaîner, tous les vents, de l’Aquilon au Zéphyr, elle conserverait, depuis l’aube des temps, rythmes et sons, mots et images. C’est ce que l’on imagine, c’est ce dont on rêve à lire ces pages de La Pensée de midi consacrées aux Chants d’Orphée et à écouter ces voix (puisque la revue tout entière est un commentaire des morceaux, choisis avec soin, du CD qui l’accompagne). Les espaces se mêlent, comme les temps, et nous ne cessons d’imaginer les paysages et les visages qui sont liés à ces expressions diverses d’une humanité partagée : de Sapho aux rappeurs des camps palestiniens, des rives d’Occitanie au cœur de l’Anatolie des alevis, de l’Espagne d’Al Andalus aux joutes poétiques des villages druzes. Partout, à travers la richesse des formes variables (de versification, de modes musicaux…), le chant lie le chanteur à son public, et le présent au passé. Toute la gamme des émotions humaines (ainsi qu’Henri Agnel la découvre, par exemple, dans les différents genres inventés par les troubadours) se décline alors : dans le fado la plainte amoureuse et la dignité face à la mort, une sensualité presque dionysiaque dans les chants « hurlés » des Pouilles, dans les accents rauques du flamenco la misère et l’humiliation des gitans… On ne peut que rêver alors d’une fraternité conquise sur les rivalités et inégalités de toute sorte, comme la musique s’enlève sur fond de silence : « Ecoutons ici ces Chants d’Orphée, écrit Thierry Fabre en introduction, ils nous aideront à remonter des enfers… »

La Pensée de midi N°28, Les Chants d’Orphée, 206 pages, 17 (Actes Sud)

Enchantements
Le Matricule des Anges n°104 , juin 2009.
LMDA papier n°104
6.50 €
LMDA PDF n°104
4.00 €