La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Éditeur Lignes gauche

juin 2009 | Le Matricule des Anges n°104 | par Thierry Guichard

Disparues en 2006, les éditions Lignes menées par l’écrivain Michel Surya ont donné naissance l’année suivante aux Nouvelles éditions Lignes. Tout aussi radicales en littérature, en philosophie ou dans les essais politiques….

Peu de maisons d’édition ont été créées par un écrivain philosophe. L’aventure commence par la naissance d’une revue, Lignes, en novembre 1987. Politique, philosophie et littérature figurent déjà au premier numéro dirigé par Michel Surya. Douze ans plus tard (après que la revue a été publiée par Séguier, puis Hazan), Lignes trouve refuge chez Léo Scheer. Les deux hommes se sont rencontrés en 1999 et Michel Surya prend une part active à la création de la maison que le premier a décidé de lancer. « Il fonctionnait à l’enthousiasme. Il pouvait prendre sous son nom les éditions Al Dante et en même temps souhaiter publier Orsenna. » Une collection est créée, puis une maison d’édition Lignes/Manifeste qui associe Surya à Jean-Paul Curnier sous l’autorité financière de Léo Scheer. « J’avais une liberté totale d’édition. J’ai pu prendre des risques sur des livres difficiles car Léo payait tout. Il n’avait pas tort de se plaindre des mauvaises ventes. » L’entente entre les deux hommes va se fissurer selon une ligne de fracture autant économique, donc, qu’esthétique (les éditions Léo Scheer s’ouvrant à des voix très éloignées de celles que défend Surya). Comme il l’a fait avec les éditions Farrago, Al Dante et Melville, Léo Scheer met fin à son soutien financier et conserve le fonds de la maison. En 2006, Michel Surya envoie un communiqué en forme de faire-part et d’appel à l’aide : la revue risque de sombrer avec les éditions s’il ne trouve pas un nouvel éditeur pour la porter. Sébastien Raimondi, embauché au moment de la création de Lignes/Manifeste soutient la possibilité de continuer seuls l’entreprise. « C’est grâce à lui que Lignes a pu renaître. » L’appel aux amis donne « un résultat charmant mais non déterminant. C’est le Conseil régional d’Île-de-France qui va nous donner une subvention déterminante. » Les Nouvelles éditions Lignes naissent en 2007. La revue qui sort son numéro anniversaire en novembre 2007 fera figure de colonne vertébrale : ses auteurs donneront les premiers livres qui paraissent à la rentrée 2007 dont De quoi Sarkozy est-il le nom ?. Le succès, tout polémique qu’il soit, est immédiat et pérennise l’entreprise. D’autant que L’Hypothèse communiste, du même Badiou, paru en avril dernier, suit la même voie.

Michel Surya, la littérature n’est-elle pas le parent pauvre des Nouvelles éditions Lignes ?
Elle l’est, indéniablement. En nombre, en tout cas : deux ou trois titres seulement sur une quinzaine annuels. Pas en qualité, cependant : nous préférons ne publier que Gert Neumann et Jean-Michel Reynard s’il ne nous est pas donné d’en publier plus de cette valeur-là, de cette hauteur-là, de cette exigence-là. Je veux dire, il est possible de transiger, en partie du moins, sur la valeur des essais, politiques notamment (où le critère est aussi l’efficacité), pas sur celle de la littérature. En général, de toute façon, le commerce d’une telle littérature (ce que j’appelle pour ma part la littérature de pensée) est...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°104
6.50 €
LMDA PDF n°104
4.00 €