La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Au-delà des murs

juillet 2009 | Le Matricule des Anges n°105 | par Thierry Guinhut

Le Violon d’Auschwitz

Les récits sur l’Holocauste et les camps de concentration nazis abondent. Depuis Si c’est un homme de Primo Lévi, il est bien difficile de se faire sa place dans ce qu’il est convenu d’appeler la littérature concentrationnaire, de plus si la mémoire a été remplacée par la fiction. Pourtant Maria Angels Anglada (1930-1999) sait apporter sa touche personnelle. Plutôt que de suivre l’itinéraire biographique d’un prisonnier, de l’arrestation à la mort ou à la libération, elle a choisi de conter l’histoire d’un violon. En effet c’est d’abord sa musicalité exceptionnelle qui frappe le narrateur, lui-même concertiste. Nous sommes après la guerre et la rencontre qu’il fait de la virtuose entraîne un récit emboîté : celui de Daniel, sommé par le commandant du camp d’Auschwitz de fabriquer un violon alors qu’il a imprudemment pris la parole pour défendre le musicien dont l’instrument faiblissait : il ne s’agissait que d’une réparation qu’il sut faire. Alors Daniel bénéficie d’un atelier, d’un régime de faveur, jusqu’à ce que son angoisse redouble lorsqu’il apprend qu’il est l’objet d’un pari. Parviendra-t-il à fabriquer le violon rêvé dans le temps mystérieusement imparti, mais aussi parmi les épreuves du froid, des coups et des sélections pour la chambre à gaz qui l’environnent ? Nous laisserons le lecteur deviner la fin de cette histoire, entre hauteurs de l’art et pires bassesses de la tyrannie…
Maria Angels Anglada est une auteure parmi les plus prestigieuses de la littérature catalane contemporaine. Romancière, essayiste et poète, elle sait visiblement écrire avec justesse, même si les quelques pages intercalées de règlement des camps ou de procès verbaux ont ici une utilité discutable. On ne prétendra pas que ce court roman qui a le mérite de la concision frappe par la richesse de son écriture, cependant la qualité d’émotion est grande, comme s’il ne restait de tous ces morts, pour les dire, que la qualité sonore et la musicalité d’une œuvre d’art, à la fois instrument fabriqué avec amour par le luthier et sonates qui traversent les générations.

Le Violon d’Auschwitz de Maria Angels Anglada - Traduit du catalan par Marianne Million, Stock, 144 pages, 16

Au-delà des murs Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°105 , juillet 2009.
LMDA PDF n°105
4.00 €