La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre La maison des cerfs

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Laurence Cazaux

Après La Chambre d’Isabella et Le Bazar du homard, La Maison des cerfs clôt la trilogie de Jan Lauwers, écrivain, metteur en scène, plasticien et cinéaste belge. Le cerf est, depuis dix ans, l’emblème de sa troupe, la Needcompany. La pièce commence par du théâtre dans le théâtre, les comédiens de la Needcompany se préparant à une représentation et se déguisant en lutins. Les conversations fusent, se croisent. Comme cela s’est réellement passé lors d’une tournée en France, une danseuse, Tijen Lawton, vient d’apprendre que son frère, journaliste de guerre, a été tué au Kosovo. Elle est allée reconnaître le corps et a récupéré un journal avec des photos, des descriptions de faits de guerre et des révélations terribles. La dernière phrase du journal est très mystérieuse. Le frère aurait écrit : « Il faut que je trouve la maison des cerfs ».
La violence du monde envahit l’espace du théâtre. « L’art tombe toujours entre les plis de l’histoire, est inutile et n’influence pas le moindre événement, et c’est là que réside sa mystérieuse nécessité », écrit Jan Lauwers. Face à cette nouvelle tragique, la troupe essaie de représenter la mort du frère. Les comédiens, déguisés en lutins, transposent la scène dans une forêt de conte à l’orée de laquelle se trouverait cette fameuse maison des cerfs. L’horreur se raconte donc avec une grande distance. La pièce bascule dans un conte cruel et étrange où l’on se tue comme qui rigole, où les morts continuent à parler, marcher et faire semblant d’être trépassés. Jan Lauwers place ses protagonistes à la frontière entre le quotidien et le fantastique. La Maison des cerfs est entrecoupé de chansons comme celle pour les morts où il est question de notre immense chagrin et se termine sur une vision où les vivants et les morts se retrouvent ensemble. Inconsolables dans leur éternité.

LA MAISON DES CERFS
DE JAN LAUWERS
Texte français de Olivier Taymans
Actes Sud-Papiers, 60 pages, 10

La maison des cerfs Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°107 , octobre 2009.
LMDA papier n°107 - 6.50 €
LMDA PDF n°107 - 4.00 €