La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Le moins du monde

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Emmanuel Laugier

Le moins du monde

Ce livre de Guy Viarre, peut-être l’un de ses derniers tapuscrits retrouvés à Tarbes où il décida en 2001 de mettre fin à ses jours, malgré sa maigreur, vous prend à la gorge. Il laisse à la fois dans un état d’effarement et d’hébétude le lecteur, autant que dans une énergie si pleine de densité qu’elle ouvre devant nous un espace. Toute la puissance de sa langue, revêche, retorse, syntaxiquement vrillée par l’urgence à contenir (ou à ne plus contenir) ce qui vous écrase et vous jette dans un véritable talus de ronces, en est la démonstration frontale. Par ces laisses, écrites semble-t-il d’un seul jet, ajointées de haut en bas par un large carré de vide sur la page, et abandonnées en somme à leur sorte de respiration nécessaire, on ne peut pas ne pas être arrêté, souffle suspendu à ce : « malgré les chiens malgré les serpillières de mère / la trace la broussaille de mon lit vide ». Le constat n’est pas amer, mais lucide comme la blessure laissée par le plus proche soleil. Guy Viarre y travaille les conditions propres d’une expérience impossible, finale, à laquelle il ne se déroba pas, mais dont ses phrases portent l’infinie résonance. Écrire presque mort, depuis ce qui meurt et retourne le vivant sur lui-même est le dernier acte pur, ce qui sauve peut-être la langue elle-même de son fatras. « Venir, écrit-il, contre soi tout sauf possible avec les / verticales vertèbres la nuit sans pouvoir passer / pour séparer » définit toute sa stratégie de résistance, celle de ne pas ployer devant le négatif qu’il reste à clarifier au fond de soi. Guy Viarre le dit multiplement, par le mot de peinture, ou tout simplement par ce « noir lié au disponible » où, écrit-il, « nous naissons », non sans y avoir ajouté entre l’un et l’autre un tiret séparateur. Toute sa question est là, dans l’espace battu de ce trait tiré, à laquelle il nous répond, presque glacé par la douleur : « réponds que l’inquiet le fou à l’aube infendue tu / te passes d’esprit tu te passes d’inverse voici le monde ».

Le moins du monde
de Guy Viarre
Grèges, 56 pages, 11

Le moins du monde Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°107 , octobre 2009.
LMDA papier n°107
6.50 €
LMDA PDF n°107
4.00 €