La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Cartes postales de l’enfer

octobre 2009 | Le Matricule des Anges n°107 | par Virginie Mailles Viard

Cartes postales de l’enfer

Nous sommes le rôle que nous jouons. (…) Vous incarnez un rôle et prenez la responsabilité qui l’accompagne, celui du gentil petit garçon qui remise son vrai moi dans un obscur recoin. « Le petit garçon a d’abord remisé son prénom dans le placard de la maison familiale. Alec a très tôt choisi qui il serait sur la scène de son existence, mais avant toute chose qu’il serait le seul à savoir que c’est une posture. Un masque. Un faux-semblant. Alec vit dans une famille modeste au Canada. Toronto peut-être. Un père qui travaille sur une chaîne de montage, une mère au foyer. Un monde terne, voilà le terreau sur lequel naît son désir de métamorphose. Il veut devenir décorateur d’intérieur, et conscient des stéréotypes en la matière se dit homosexuel. À la maison, il est peintre en bâtiment. Une disjonction d’identité sur laquelle Alec s’épanouit totalement. Ici pas de déchirure, pas de morale, être soi est dérisoire. » Il y a quelques siècles déjà, Shakespeare avait compris que c’était de la bouillie pour chats. (…) Les moi auxquels nous sommes censés nous conformer sont de simples constructions. " Sa supercherie prend de l’ampleur, le voilà trônant dans des bureaux, à la tête d’une entreprise florissante. La mort accidentelle de ses parents lui donnera une liberté totale. Puis il rencontre Sumintra, jeune Indienne, encordée dans une famille soucieuse des usages. Elle est son double en féminin, elle qui cache à ses parents sa vie d’étudiante débridée. Poussés l’un vers l’autre, ils avancent masqués, seule la chair parle, violente et unique passerelle entre ces deux êtres désincarnés.
Un ouvrage sombre et qui se ferme sur une écriture sèche, économique et directe. Elle dit la violence de l’usurpation, et de l’univers familial qui circonscrit et dirige les identités de ses occupants. Neil Bissoondath a construit une architecture en triptyque. Trois coups de théâtre jusqu’au dénouement tragique. Pas pour tout le monde bien sûr, juste pour celui qui voulait lever le masque.

CARTES POSTALES
DE L’ENFER

de NEIL BISSOONDATH
Traduit de l’anglais par Lori Saint-Martin et Paul Cagné, Phébus, 217 pages, 19,50

Cartes postales de l’enfer Par Virginie Mailles Viard
Le Matricule des Anges n°107 , octobre 2009.
LMDA papier n°107 - 6.50 €
LMDA PDF n°107 - 4.00 €