La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Mille crétins

novembre 2009 | Le Matricule des Anges n°108 | par Dominique Aussenac

Avec le temps, ce grand escogriffe de Quim Monzó (il est né en 52) développe encore plus de férocité, d’ambiguïté et de sensibilité. La puissance de dévastation de son ironie atteint aujourd’hui le niveau sardonique supérieur et ses manières de grand adolescent toujours en train de se foutre du monde irritent passablement. Pourtant, Monzó est de plus en plus à l’affût de ce monde, jusqu’à s’y cogner, sombrer dans la folie et l’auto-destruction comme les personnages sans noms de son dernier recueil Mille crétins. La nouvelle « Je regarde par la fenêtre » est la plus révélatrice. « Pendant tout le temps que j’ai passé à regarder par la fenêtre… Je n’ai pas pensé, par exemple à la vie que je mène d’habitude, ni à la façon dont, au lieu de jouir des choses comme elles se présentent, je passe mes journées à ruminer comment elles devraient être. » Contempler pour éviter l’angoisse de vivre ou vivre de manière effrénée pour éviter l’angoisse de la perte de temps ? D’autres spectacles du monde que propose l’écrivain catalan se jouent dans nos sangs et dans nos gênes. Notamment, les maisons de retraite où l’on parque nos parents. Avec brio, pudeur et sarcasme, il nous interroge avec « Monsieur Beneset » sur l’envers du monde. Un fils rend visite à son père qui passe l’essentiel de son temps à se travestir en femme. Vivre, mourir, vieillir quelle normalité ? Avec « L’arrivée du printemps », un vieux couple à l’hospice confie à chaque viste du fils un nouveau scénario de suicide. Des nouvelles de plus en plus courtes, saillantes, prégnantes, métaphysiques qui nous rappellent l’absence d’issue possible et nous laissent entrevoir comme palliatif…. euh, peut-être la tendresse ?

MILLE CRÉTINS
de QUIM MONZO
Traduit du catalan par Edmond Raillard
Jacqueline Chambon, 148 pages, 16

Mille crétins Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°108 , novembre 2009.
LMDA papier n°108
6.50 €
LMDA PDF n°108
4.00 €