La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Viatique du multiple

janvier 2010 | Le Matricule des Anges n°109 | par Emmanuel Laugier

Mir N°2

Dite d’anticipation, la revue Mir est logiquement utopiste : elle concentre une sorte de démesure, tout opposée aux calculs et à la frilosité de l’époque, dans l’idée d’un « devant être » où construire une communauté nouvelle. De la taille d’un annuaire, Mir est selon ses fondateurs, Antoine Dufeu et Christophe Manon, une aberration économique. Anticipant elle-même sa folie, elle accueille pour ce N°2 une cinquantaine d’auteurs, et dissémine dans ce volume un moment occulté par l’histoire institutionnelle, celui de la Commune de Paris (1871). La volonté de Mir consiste à confronter des temps d’écriture disjoints : les pages de « L’Histoire de la Commune » d’Arthur Arnould (1833-1895) bordent autant les litanies répétitives de « L’aveuglement des yeux » de Jean-Luc Parant, que les « Évangiles bleu nuit » apocalyptiques et baroques de Christian Edziré Déquesnes. Lorsque Arnould écrit « Là, malgré tous les efforts, je le répète, malgré l’insuffisance des salles d’école, malgré la niaiserie calculée de l’enseignement primaire, remis en partie aux membres du clergé, il y a un tel courant d’idées que l’éducation du peuple se fait par le contact et par les yeux. On pourrait presque dire qu’elle (la révolution) est dans l’air, qu’elle se respire, qu’elle entre dans le cerveau, en même temps que l’oxygène dans les poumons », lui répond Luc Bénazet lorsqu’il désigne la giration de cette expérience, presque pasolinienne : « Nous allons / Nous allons au trou profond de soi / Nous y emmenons la gaine du monde afin / Qu’elle s’y retourne toute / Et le soleil brillait / Nous sommes dehors / Nous devenons été / Nous sommes été / Á notre place, la lumière ».
Tout est scandé dans Mir pour qu’un jeu de rebonds entraîne et crée une constellation, à l’image de la confrontation vivante et créatrice que Walter Benjamin souhaitait entre le passé, le futur et le présent. On fera ainsi le lien entre les pages d’Alexandre Costanzo sur le concept d’« inesthétique » de Badiou avec le « Oui » de Benoît Casas. Résultat « d’un traitement en écriture d’une année de lecture », « Oui » est un enchevêtrement de phrases où le désir, la subversion possible de tout amour réel, la passion de l’extériorité, forment l’espace d’une pensée politique dans le poème. Du « Batchassé » de Cécile Mainardi en passant par un essai sur Jean Eustache ou des poèmes de l’astrophysicien Jean-Pierre Luminet, retenons encore le nombre de traductions proposées ici, dont celle de l’Autrichien Ernst Jandl, lequel, en une sorte de résistance, écrira : « Je me suis appelé dietrich / de 1926 à 1944. / maintenant je ne m’appelle plus. / de jour en jour je deviens moins / et les immenses remorques de mort / qui depuis quelque temps / tremblent de nouveau sur la terre / accélèrent le processus / de ma formation ultérieure ».

Mir N°2, 590 pages, 40 (82, rue Jean-Pierre Timbaud 75011 Paris)

Viatique du multiple Par Emmanuel Laugier
Le Matricule des Anges n°109 , janvier 2010.
LMDA papier n°109
6.50 €
LMDA PDF n°109
4.00 €