La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Le sang des mots

mars 2010 | Le Matricule des Anges n°111 | par Dominique Aussenac

Triages Supplément (L’Aujourd’hui vivant de la poésie occitane)

D’origine poitevine, James Sacré ne connaissait que les traductions françaises des troubadours. Installé à Montpellier, à deux pas d’un autre universitaire, poète et écrivain occitan, Jean-Claude Forêt, le voilà plongé dans une multitude d’écrits, d’auteurs aussi riches, divers qu’inconnus. « Un peu seul et bêtement prétentieux dans ma langue française d’oïl » il décide avec l’aide des éditions Jorn de dresser une anthologie : L’aujourd’hui vivant de la poésie occitane. Vingt-cinq poètes y figurent, représentant l’espace occitan des Landes aux vallées italiennes de Claudio Salvagno. Des figures tutélaires des récents disparus : Robert Lafont, Bernat Manciet, Max Rouquette, Marcelle Delpastre, aux plus jeunes, Albin Bonnet ou Aurélia Lassaque. James Sacré leur demande d’expliquer activité poétique en occitan et relations au français. Si la défense et le militantisme pour la langue persistent, « j’écris dans ma langue parce que c’est ma langue », affirmera le Limousin Jan dau Melhau, une certaine fascination pour l’écriture elle-même apparaît. Lucide, le Rouergat Jaumes Privat déclare : « le véhicule a-t-il de l’intérêt ? voiture ou vespa ? mercedes ou dedeuche ? et si c’était le chemin l’important, le sang des mots et pas la linguistique ou le malheur d’une langue ? » Un annuaire sur le réseau éditorial occitan et l’avis de traducteurs complètent cette précieuse anthologie.

Triages (supplément), Tarabuste éditions (rue du Fort 36170 Saint-Benoît-du-Sault), 172 pages, 20

Le sang des mots Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°111 , mars 2010.
LMDA papier n°111
6.50 €
LMDA PDF n°111
4.00 €