La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Textes & images 90 livres cultes à l’usage des personnes pressées

juin 2010 | Le Matricule des Anges n°114 | par Gilles Magniont

90 livres cultes à l’usage des personnes pressées

Evidemment, il y a de quoi faire la moue : la dénomination idiote de « livres cultes » (absente du titre original), ou encore ce vague air d’idée-cadeau qui ces temps-ci fédère diverses miscellanées. Il n’empêche : 96 romaner för dig som har brattom, succès suédois, fait souvent rire. Henrik Lange y suit tout du long une contrainte simplissime : délivrer la quintessence d’œuvres très connues (et plus ou moins considérées, de Roméo et Juliette aux Oiseaux se cachent pour mourir) en trois dessins et quelques lignes. Le trait est minimal autant qu’efficace, se bornant à suggérer quelques moments-clés - voir notamment L’étranger réduit à trois portraits presque identiques : Meursault en costume sombre (l’enterrement), en chemisette (la plage), en costume de bagnard ; et Lange parvient en quelques légendes à extraire la substantifique moelle narrative des romans - ainsi, dans la deuxième case consacrée à Cent ans de solitude : « 7 générations se succèdent sur 100 ans et ils ont tous les mêmes prénoms, genre José, Arcadio ou Aureliano ». Tour de force, notre lecteur idéal trouve encore la place pour exposer son point de vue pénétrant, réglant son compte au narrateur de La Recherche du temps perdu (« Dans ses souvenirs il y a beaucoup de sexe, souvent entre deux nanas. Mais l’auteur est français donc ça n’a rien de surprenant ») ou à celui de La Faim (« Il essaie de vivre de sa plume mais travailler, ça, ça ne l’a jamais effleuré »). Cela rappelle ce merveilleux et très couillu personnage de la Rubrique-à-brac de Gotlib qui concluait, après lecture des « Roses de Saadi », que pareil tissu de conneries ne pouvait qu’être le fait d’une gonzesse ; cela a pour vertu cathartique de nous plonger dans un océan de beauferie monocorde, d’où l’on ressort comme vengé des littérateurs et de leur sensibilité.

90 livres cultes à l’usage des personnes pressées
de henrik lange
Traduit du suédois par Fanny Soubiran
éditions çà et là, 194 pages, 9

90 livres cultes à l’usage des personnes pressées Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°114 , juin 2010.
LMDA papier n°114 - 6.50 €
LMDA PDF n°114 - 4.00 €