La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Textes & images Vertiges du porc

octobre 2010 | Le Matricule des Anges n°117 | par Gilles Magniont

Par la grâce d’un travail d’édition éclairé, nouvelle naissance d’un roman-fleuve : High society, ou l’art démesuré de Dave Sim en son (presque) commencement.

Lorsqu’il parle de lui, c’est à la troisième personne. Par exemple : « Cerebus n’a rien contre l’ambition. Tant que ça n’empêche pas Cerebus de boire ». Cerebus est un oryctérope, c’est-à-dire un mammifère d’Afrique, quelque part de laid entre le cochon et le fourmilier, mais son créateur ne s’est pas astreint à trop d’exactitude zoologique en le figurant, ce qui permet du reste de le qualifier diversement (« porc terreux », « lapin démesuré » ou « Junior ») au gré des événements, qui sont ici nombreux. Précédemment au service de Lord Julius, maître de Palnu, Junior réside désormais à l’Hôtel Régence de la grande cité d’Iest, où il brigue le poste de premier ministre (page 309, un discours électoral le contraint d’ailleurs à dire je pour la première fois), ce qui lui vaut, flanqué d’une vénéneuse conspiratrice – « Je vais faire de vous un oryctérope honteusement riche » –, de croiser toute la haute société, ses fiacres et ses jeunes fats, les membres de l’inquisition comme les financiers, les mercenaires en cottes de maille puis les anarcho-romantiques, etc.
C’est que nous sommes en 1413, à Estarcion, qui a des airs d’Angleterre victorienne autant que de légende médiévale. Un monde qu’on finit par connaître sur le bout des pattes, une longue digression expliquant même les règles du jeu de cartes local, le Diamond Back. à ce stade de précision dans l’invention d’un vaste univers alternatif, on suspecte autant les années 70 que leurs stupéfiants. Il y a un peu de cela à l’origine : à partir de 1977, le Canadien Dave Sim, selon ses propres mots, entame son « rêve en grand ». Et ne l’abandonne pas : l’existence de Cerebus s’étendra sur 300 épisodes réalisés pendant près de vingt-six ans, soit plus de 6300 pages. L’édition française laisse provisoirement de côté les premières armes – parodie d’heroic fantasy de moindre intérêt – pour nous projeter directement, avec cinq cents pages de chronique politique, au cœur du chef-d’œuvre.
Car chef-d’œuvre il y a. High society peut être lu comme une bande dessinée classique autant que comme la libre succession de scènes sans paroles et de pleines pages de textes (par exemple quelques extraits de La véritable histoire des élections de 1413) ; comme un terrain d’expérimentation pour toutes les formes de découpage en même temps qu’un exercice de rigueur continue dans le dessin et les dialogues ; comme une narration immédiatement séduisante où le sens du détail burlesque le dispute à l’ampleur mélodramatique, de métaphores mal filées (« La mauvaise herbe de la révolution donne des fruits amers » dixit le Cafard de Lune, super-héros du peuple) en images délicates, telles celles de Jaka, danseuse de taverne et passion silencieuse de Cerebus. Celui-là, toujours au centre du récit, ne cesse d’y rayonner, héros impeccable d’ambiguïté – victime brutale, théoricien barbare, maquignon énamouré – et qu’il tarde de voir vieillir.

Gilles Magniont

High society
Dave Sim
Traduit de l’anglais (Canada) par Ludivine Boulon-Kelly
Vertige graphic, 518 pages, 35

Vertiges du porc Par Gilles Magniont
Le Matricule des Anges n°117 , octobre 2010.
LMDA PDF n°117
4.00 €