La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Zimmer

octobre 2010 | Le Matricule des Anges n°117 | par Sophie Deltin

Voici un premier roman détonant, et son auteur, Olivier Benyahya, nous envoie au tapis pour longtemps. Bernard Zimmer, 82 ans, survivant d’Auschwitz, se livre, toutes plaies ouvertes, à un monologue glacial, féroce, infiltré d’une haine increvable à l’encontre du monde. Après son retour de Pologne, le vieux monsieur a toujours vécu rue du Temple à Paris, mais il a fini par déménager dans le 7e arrondissement – au moins, dit-il, « on n’ (y) croise pas beaucoup d’Arabes ». à vrai dire, ce n’est pas seulement contre les Arabes que ce misanthrope crache son fiel. Contre les pauvres, les Noirs, les Palestiniens, mais aussi contre les Polonais, les goys, ou les gamins des banlieues, il y en a pour tous. Dans ce bréviaire d’exécration, où le ressentiment obsessionnel agit comme invalidation cinglante de l’Histoire, Zimmer fustige même les Juifs qu’il accuse de n’avoir jamais su « marcher la tête haute », ainsi que de vouloir fuir, au moindre relent d’antisémitisme, à Tel-Aviv ou à New York. Un jour, il va assister à une manifestation de soutien au peuple palestinien, place de la République, où l’on finit par scander un « Mort aux Juifs ! ». Le lendemain, il tue un Arabe. Accès de vengeance ? de folie furieuse ? En réalité, ce passage à l’acte se reproduira plusieurs fois. « Il peut arriver que l’on ne se reconnaisse plus », admet-il comme en passant.
On se demande durablement ce qui nous dérange le plus dans ce livre plein de hargne écumante. évidemment, il y a cette manière odieuse de l’éreintement, ce concentré acide d’ironie jusque dans l’éloge du crime, mais cela tient peut-être à ce brouillage que Benyahya sait parfaitement créer, en nous faisant entendre aussi le tragique d’une douleur sans rémission. Otage de son passé, d’une peur lancinante à laquelle le présent des années 2000 le renvoie, Zimmer est un homme brisé, sans garantie – la raison, « la confiance dans le monde » (selon l’expression de l’Autrichien Jean Améry) ont été perdues là-bas, irrécupérables. Las, et en sursis – l’extinction finale que lui promet le grand âge – cette victime devenue elle-même assassin de l’Histoire n’a donc plus rien à perdre, et son irréconciliation intransigeante déploie des accents de haine de soi.
On reste songeur, et d’autant plus bousculé, quand on réalise qu’un tel livre a été écrit par un jeune auteur (né en 1975).

Sophie Deltin

Zimmer
Olivier Benyahia
Allia, 80 pages, 6,10

Le Matricule des Anges n°117 , octobre 2010.
LMDA PDF n°117
4.00 €