La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Ego Tango

octobre 2010 | Le Matricule des Anges n°117 | par Franck Mannoni

C’est une étrange société que décrit Caroline de Mulder. De la danse argentine, il faut oublier les paillettes, le jeu de séduction exacerbé, les pas flamboyants. à ces clichés d’apparence, Caroline de Mulder préfère un bal des « cœurs blessés ». Son héroïne glisse sur les parquets son corps mal aimé, « les genoux l’un à l’autre cognés, pointus. Toute droite, dépulpée, thoracique, encagée ». Une crainte tenace du contact avec l’autre, qu’elle soigne par une présence assidue dans le club où l’on danse. Ezechiel, un amant parti cet été, mais que « l’épuisement et l’hiver » ramènent, condense dans ses caresses toutes les problématiques de la relation charnelle. Or, quels que soient les chemins empruntés, la femme qui raconte son histoire ne parvient pas à trouver de solution et « regarde l’amant qui ne fait que passer avec des yeux troubles qui ne sont pas les (siens)  ». « Tu me contiens, je te remplis. Tu es creux sans moi, sans toi je me défais. » C’est bien ce drame que miment les couples sur une musique lancinante, en apesanteur, s’accrochant pour ne pas se perdre entre le ciel (la main gauche) et la terre (la main droite), se tenant l’un à l’autre au bord d’un gouffre métaphysique. Paradoxalement, les phrases syncopées de l’auteure, parfois déstructurées, le sens suggéré, n’empêchent pas le roman de se lover dans l’intime. Elles signent au contraire des moments de révolte, ou de grand vertige, qui alternent avec des prises de conscience très claire : « C’est de mort lente que meurt le possible (…), insensiblement il donne dans son contraire qui n’est pas l’impossible, mais le rêve, puis la rêverie, puis plus rien. » à cet effacement correspond dans l’intrigue la disparition de Lou, jeune femme acoquinée à un compagnon violent, un fait divers qui alimente les discussions des noctambules. Un drame pressenti qui aura une influence certaine sur la réflexion de la danseuse désenchantée.

Franck Mannoni

Ego Tango
Caroline de Mulder
Champ Vallon, 213 pages, 16

Le Matricule des Anges n°117 , octobre 2010.
LMDA PDF n°117
4.00 €