La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Tout doit disparaître

novembre 2010 | Le Matricule des Anges n°118

Tout doit disparaître

Éric Pessan est l’auteur de romans, de fictions radiophoniques, de pièces de théâtre et de textes écrit en compagnie de plasticiens. à l’automne 2007, en réaction à la politique française d’immigration, il a codirigé en compagnie de Nicole Caligaris un ouvrage collectif Il me sera difficile de venir te voir (éditions Vents d’ailleurs), présentant treize correspondances littéraires entre des auteurs d’origine et d’horizons différents. Ce qui est très troublant à la lecture de Tout doit disparaître, c’est l’écho que trouve cette pièce dans notre actualité. Premier jour des soldes à l’espace commercial du Val enchanté, les clients se massent devant les grilles avant même l’ouverture du magasin, la tension monte, une bagarre éclate et dégénère, c’est l’émeute avec les pillages, les mouvements de panique, des clients qui se font piétiner, des blessés et des morts.
Éric Pessan choisit de raconter l’événement par une polyphonie de onze personnages (le vigile, la caissière, le journaliste, le médecin…) et des voix off, comme si nous étions plongés dans un reportage ou un interrogatoire.
La pièce débute par une sorte de brouhaha de voix, de cris, de violence. Puis les voix tentent de raconter. Avec une montée en tension, comme si progressivement, elles s’approchaient de l’œil du cyclone avec Andréas, le seul personnage à être nommé mais d’un prénom inventé. Pour rester dans l’anonymat et la perte de l’identité face à la foule. Par bribes, Andréas raconte son histoire. Pourquoi il viendra faire les soldes avec une frénésie de saccage de marchandises. La pièce se termine par un retour au calme apparent, avec bande sonore du magasin et un dernier monologue d’une accidentée qui revient quand même des mois plus tard faire ses courses au Val enchanté.
Cet enchevêtrement de voix multiples pose la question de la singularité d’une prise de parole pour que justement, tout ne disparaisse pas face à la violence de notre société marchande.

L. C.

Tout doit disparaître
Eric Pessan
Théâtre ouvert, 60 pages, 10

Le Matricule des Anges n°118 , novembre 2010.
LMDA PDF n°118
4.00 €