La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’esprit vit

mars 2011 | Le Matricule des Anges n°121 | par Thierry Cecille

Proust contre la déchéance : Conférences au camp de Griazowietz

Un des chapitres les plus intenses de Si c’est un homme s’intitule « Le chant d’Ulysse » : Primo Levi, fouillant sa mémoire, récite à un autre prisonnier de Birkenau des vers de La Divine Comédie. Dante chante la ténacité d’Ulysse, toujours guisé par le désir – spécifiquement humain – d’en savoir plus. L’expérience dont témoigne ici Joseph Czapski s’apparente à une forme semblable de résistance spirituelle. Durant l’hiver 1940-1941, prisonnier des Soviétiques à Starobielsk, près de Kharkov, échappé par miracle au sort de ses camarades polonais massacrés à Katyn, Czapski donne ces conférences sur Proust,
« conspirées » contre les gardiens du camp, « dans le froid réfectoire d’un couvent désaffecté ». Pour des auditeurs aussi délaissés et épuisés que lui, il fraie des sentiers dans la forêt touffue de La Recherche. Loin de n’être – ce qui serait déjà beaucoup – qu’une arme contre la déchéance, l’humiliation et le désespoir, ces pages sont une introduction fine et personnelle à l’œuvre, « ce monde de découvertes précieuses et de beauté littéraire ». Se fiant à sa seule mémoire, Czapski reconstitue les espaces divers du paysage proustien, dresse les portraits des principaux personnages, repère les thèmes. Czapski était venu à Paris pour approfondir l’apprentissage de la peinture, commencé à Cracovie (il poursuivra avec succès cette carrière après la guerre) : c’est en peintre attentif qu’il décrit la texture de la phrase proustienne, qu’il relève la « minutiosité » (Czapski s’exprime en français) des analyses du snobisme ou de la passion amoureuse. Il tente de rendre justice à une œuvre « qui agit sur nous comme la vie filtrée et illuminée par une conscience dont la justesse est infiniment plus grande que la nôtre ». Ainsi Czapski parvint-il sans doute à offrir à ses codétenus « une étrange école buissonnière » où ils pouvaient retrouver un monde qui leur semblait « perdu pour toujours ».

Thierry Cecille

Proust contre la déchéance
Joseph Czapski éditions
Noir sur Blanc, 95 pages, 16

L’esprit vit Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°121 , mars 2011.
LMDA papier n°121
6.50 €
LMDA PDF n°121
4.00 €