La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Les Liaisons ferroviaires

mars 2011 | Le Matricule des Anges n°121 | par Jérôme Goude

Les Liaisons ferroviaires

Dans la voiture 16 du TGV 9864 Nice-Bruxelles, Étienne Montgolfier, adepte d’une approche éthologique des comportements sexuels, observe les micro-stratégies libidinales d’un échantillon de séducteurs de tout poil. Un voyage à 300 km/h à bord d’une « grande écurie ferroviaire », avec ses allées et venues, ses arrêts en gare et son équipage engageant, voire égrillard, est l’occasion rêvée de saisir les prémices d’une aventure érotique ou amoureuse. Essayiste et romancier, Jean-Pierre Martin semble avoir pris un malin plaisir à enfermer ses cobayes de papier dans le wagon d’un train polyglotte et cosmopolite qui, prosopopée faisant, avoue être une « chaude partisane du contact humain ». Par l’entrecroisement des monologues d’un chapelet de passagers, Les Liaisons ferroviaires esquisse un facétieux madrigal à l’ère du speed dating, de Meetic, d’Easyflirt et de chichou. com.
Hors l’artefact redondant qui consiste à affubler la plupart des personnages d’un sosie de star et le sentiment que cette ingénieuse traversée aurait mérité plus de gauloiseries, le lecteur des Liaisons ferroviaires n’aura pas à regretter de ne pas être resté à quai. Entre les annonces excentriques d’un jeune steward, les approches balourdes d’un sérial-séducteur, l’insistance d’un contrôleur auprès d’une analyste et, entre autres, les atermoiements d’un séduisant saxophoniste, Jean-Pierre Martin décoche des traits fulgurants. Ainsi, alors que le conducteur, véritable « poète du rail », est obnubilé par le tableau de bord d’Alice, un spécialiste de la « névrose du roulant » affirme que la « frigidité c’est quand la morale et la psychologie couchent ensemble ». Ou bien, quand Etienne Montgolfier médite sur la durée de l’orgasme sexuel de l’écrevisse, une dix-septiémiste maugrée contre la « cruauté pathétique des passionnés larmoyants, les sanglots longs des violons, les trémolos du flamenco ou du fado, la balalaïka », tout en pensant qu’elle intitulerait volontiers sa conférence sur les Lettres portugaises de Guilleragues « La cruche et le blaireau ».

Jérôme Goude

Les Liaisons ferroviaires
Jean-Pierre Martin
Champ Vallon, 216 pages, 17

Le Matricule des Anges n°121 , mars 2011.
LMDA papier n°121
6.50 €
LMDA PDF n°121
4.00 €