La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Lettres de la Grande Blasket

avril 2011 | Le Matricule des Anges n°122

Lettres de la Grande Blasket

Il n’y a sur l’île aucune boutique, aucun médecin, aucune infirmière, aucune église ni auberge. Beaucoup d’enfants n’ont jamais vu ni un arbre ni quoi que ce soit qui possède des roues. » Entre 1931 et 1951, Elisabeth O’Sullivan, une des rares habitantes de la petite île irlandaise de la Grande Blasket, a correspondu avec John Chambers, un lettré anglais qui était venu passer un court séjour sur ce caillou oublié de tous. Leur relation cordiale et épistolaire n’avait pas vocation à être publiée, mais Chambers lui trouva une telle force de témoignage qu’il en fit un recueil. C’est ce recueil, remodelé, reclassé et traduit que proposent les éditions Dialogues. La langue d’Elisabeth O’Sullivan, qui écrit dans un anglais qu’elle maîtrise mal, est âpre, la grammaire contournée, mais ce style dru confère à ses lettres une belle vigueur. Les îliens vivent pauvrement, passent des hivers effroyables. Les femmes, plus que tous, mènent une existence sans espoir : les grossesses s’enchaînent et le travail n’en finit jamais. Et pourtant, Elisabeth O’Sullivan garde pour sa prison à ciel ouvert une tendresse touchante, et pour ses compagnons d’infortune un attachement sincère. Elle conte à son ami anglais les superstitions locales (on croit aux fées et aux morts qui vagabondent), les chants traditionnels, la pêche aux homards, la maladie, les décès, les rares mariages. Sur la Grande Blasket, où l’on est coupé de tout, les soubresauts politiques et la Seconde Guerre mondiale se font à peine sentir. Passent au loin les frasques du roi Edouard VIII, nulle trace des tensions entre l’Irlande et la Grande-Bretagne. Petits bonheurs et grands malheurs cohabitent : « J’ai été heureuse dans le chagrin sur cette île », confie-t-elle. Dans une postface très documentée, Hervé Jaouen raconte ses visites sur l’île et les recherches menées sur les O’Sullivan.
Les éditions Dialogues ont publié là un beau livre de témoignage, qu’un code donné en fin du volume permet d’écouter sur le Net ou sur n’importe quel Smartphone. Une formule complémentaire qui convient tout à fait à la forme épistolaire, à laquelle il ne manquait qu’une voix.

Franck Mannoni

Lettres de la Grande Blasket
Elisabeth O’Sullivan
Traduit de l’anglais par Hervé Jaouen
Editions Dialogues, 180 pages, 17,50

Le Matricule des Anges n°122 , avril 2011.
LMDA papier n°122
6.50 €
LMDA PDF n°122
4.00 €