La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Bribes et débris

avril 2011 | Le Matricule des Anges n°122

L' Autre vérité : journal d’une étrangère

Depuis Artaud et jusqu’aux révélations récentes sur les conditions de soin – plutôt devrait-on dire détention – en milieu hospitalier de personnes atteintes de troubles mentaux, on croit en savoir assez. Et pourtant. Le troublant récit d’Alda Merini, qui se situe dans les années 50 en Italie, se reçoit comme un flux tranquillement délirant, déchiré tout comme déchirant, que délivre une personnalité à l’extrême de sensibilité, de vulnérabilité et d’oppression intérieure mais surtout extérieure. Internée en hôpital psychiatrique par son mari, brutalement séparée de ses deux filles aimées pour se voir précipitée en un enfer de violence, d’incommunicabilité et d’humiliation, la jeune femme souffre de tout son être, bien davantage encore que lorsqu’elle ne bénéficiait pas de « soins » prodigués aux malades. Moments de toilette semblables aux séquences de sadisme exercées par des infirmières, interminables heures de désœuvrement imposé, passées assise en rang sur un banc et interrompues seulement de temps à autre par un cri d’impuissance et de folie, séances d’électrochocs obligatoires terrorisant les patients, relations entre personnel et malades frôlant les pathologies relationnelles de toute sorte… voilà qui apparaît au lecteur presque incrédule, à travers une écriture sans effets oratoires, cherchant la fidélité à soi et la précision sur les faits.
Parfaitement lucide, Alda Merini cultive une étonnante distance, salvatrice, avec son milieu hostile, laquelle lui confère une forme de supériorité non revendiquée : « Les fous se voient jugés “incapables de comprendre et de vouloir”. Et pourtant, mon âme paisible ondoyait doucement sous la surface du diagnostic, une âme qui n’avait jamais été aussi lumineuse, et aussi vitale ». Le cheminement que retrace sa plume est incertain, chaotique même, et souvent incohérent ; redites et contradictions y sont fréquentes, et nombreuses affirmations, douteuses. S’est-elle vraiment « tirée d’affaire » après avoir été « relâchée », celle qui achève ses confidences en reconnaissant que « rien, rien de rien, ne peut agir contre la folie »… pour aussitôt déclarer que « la folie, mes amis, n’existe pas » ? Mais, parmi ses lecteurs, y en aurait-il un seul qui puisse délimiter d’une ligne nette ce qui en Alda Merini serait radicalement autre de lui ?

Marta Krol

L’Autre vérité : Journal d’une étrangère
Alda Merini
Traduit de l’italien par Franck Merger
préface de Giorgio Manganelli
Editions de la revue Conférence, 110 pages, 20

Bribes et débris
Le Matricule des Anges n°122 , avril 2011.
LMDA papier n°122
6.50 €
LMDA PDF n°122
4.00 €