La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger La Lumière est plus ancienne que l’amour

octobre 2012 | Le Matricule des Anges n°137

La Lumière est plus ancienne que l’amour

Le roman débute par cette confrontation imaginée au cœur du XIVe siècle entre le cardinal diacre Pierre Roger de Beaufort, futur pape Grégoire XI, et le peintre Adriano de Robertis, responsable d’une Vierge à barbe. Le cardinal exige du maître qu’il détruise cette œuvre impossible. Inadmissible. De Robertis refuse, motivant cette décision par le souvenir du fils, Gianni, mort en 1348 de la peste. Un jour, Gianni questionne son père : pourquoi peint-il toujours le même sujet, en prenant soin d’inventer la beauté pure, sans défaut. Pourquoi ne peint-il pas la vie telle qu’elle est ? Finalement, l’œuvre blasphématoire est murée et retirée de la vue du peintre, qui en mourra. Avec cette fable, le dialogue et l’écriture affrontent la question de la représentation artistique, du danger de la beauté, des limites de l’art, de sa puissance. Derrière ou devant le mur. Après, c’est une autre histoire… Ces trente pages nous avaient emportés, nous aimions ce récit volé au temps et à l’imaginaire d’une belle philosophie. La suite nous trouve déjà repus et nous lasse un peu avec cette deuxième mise en scène de Rothko en 1970 à New York, puis cette troisième, le 11 septembre 2001 (rien que cela), quand Vsévolod Semiasin, un célèbre peintre russe décide de manger la toile qu’il vient d’achever. Ne parlons pas du narrateur Bocanegra qui tisse des liens entre son histoire et celle qui est racontée dans ce livre. Bocanegra est écrivain et découvre la magie de cette idée selon laquelle « la lumière est plus ancienne que l’amour ». En 2040, il reçoit le prix Nobel de littérature. Le discours est déjà écrit pour/par Salmón. Même si le talent et l’érudition ne manquent jamais dans ces lignes, même si la fulgurance illumine tout ce que touche, pense, écrit Salmón, l’auteur espagnol doit encore attendre un peu pour serrer la main du roi de Suède. Exactement vingt-huit ans.

Serge Airoldi

La Lumière est plus ancienne que l’amour
Ricardo Menendez Salmon
Traduit de l’espagnol par Delphine Valentin,
Jacqueline Chambon, 192 pages, 19

Le Matricule des Anges n°137 , octobre 2012.
LMDA papier n°137
6.50 €
LMDA PDF n°137
4.00 €