La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Poésie Vague

novembre 2012 | Le Matricule des Anges n°138

Après des expériences d’écritures à deux mains avec Mathias de Breyne et trois textes brefs aux Éditions du Caillou, Guillaume Boppe publie un livre dont l’étrangeté continue d’infuser longtemps après.
Depuis l’exiguïté d’un espace clos, un individu parle, le corps courbé sur une table. Une toile cirée colle au visage de celui qui questionne, cherche inlassablement quelque chose. Mais quoi ? Impossible de le savoir car le monde alentour non seulement échappe à tout repère spatio-temporel mais peut-être n’existe-t-il pas : « J’ai tenté de sortir/ mais quand j’ai voulu poser le pied / dehors il n’y avait plus rien ». Ce que l’on sait, en revanche, c’est que des êtres, des animaux, des « lèvres et des yeux partout autour » rôdent. À mesure que l’individu se délite, les objets acquièrent en autonomie et puissance. Tout vacille et la folie pourrait probablement prendre toute la place s’il n’y avait dans « l’humus de la mémoire » ce souvenir de l’absent(e). Discrète résurgence qui provoque paradoxalement le malaise tout autant qu’il semble garantir l’identité de celui qui parle : « Quand les fantômes sont là,/ ils grattent la langue/ en premier lieu ».
Cette langue, Guillaume Boppe nous la livre par un travail économe sur le vers, véritable charpente d’un récit qu’on aurait amputé de son histoire et de ses personnages. De ce grand mouvement elliptique ne subsiste qu’un regard affolé par sa propre myopie, tels ces « animaux qui vivaient dans les bois » dont les « yeux blancs » n’auraient jamais vu la lumière, comme si, est-il écrit plus loin, « autour de leurs paupières le jour/ ne s’était jamais posé ». On aurait presque l’impression qu’il y a dans cette lente traversée quelque chose du Lointain intérieur de Michaux et de l’univers post-apocalyptique de La Route de McCarthy.

Christine Plantec

Vague
Guillaume Boppe
Propos2 éditions, « Propos à demi », 72 pages, 11

Le Matricule des Anges n°138 , novembre 2012.
LMDA PDF n°138
4.00 €