La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Christine Plantec

Message Envoyer un message

Articles

Hui

de Yann Miralles
Échographies du présent Yann Miralles explore le lien entre des formes poétiques anciennes et leur inscription dans l’aujourd’hui. Entre ultrason, rythme et inventivité. Eblouissement est un bon mot pour commencer. » Ainsi s’ouvre le cinquième livre de Yann Miralles, né en 1981. Une crête lumineuse en forme d’alexandrin dont le rythme ternaire annonce trois sections d’apparence dissemblable – une grande ville, un fleuve, un visage – et pourtant trois réalités propices à l’exploration du présent. Éblouissement est un bon mot qui pose l’enjeu de l’ouvrage, tout autant que son risque et sa démesure tant les moyens du poème semblent dérisoires. Et pourtant cela fonctionne à merveille, car d’emblée le rythme nous emporte et « le rêve d’un poème pulsation » se...
mai 2020
Le Matricule des Anges n°212-213

Le Pin, les moineaux, et toi et moi

de Katherine Mansfield

Miscellanées

Un recueil d’inédits de Katherine Mansfield qui change le regard que l’on porte sur l’écrivaine en faisant apparaître toute la vigueur de son esthétisme, toute la puissance de sa modernité. D’où vient que lorsqu’on pense à Katherine Mansfield, l’esprit immédiatement l’associe à Virginia Woolf, laquelle disait n’être jalouse de personne sinon de cette auteure ? À quoi tient cette injustice de l’histoire littéraire qui, au regard du panthéon britannique des auteurs modernistes, considère Mansfield comme mineure alors que James Joyce ou D.H Lawrence l’envisageaient comme une...
février 2020
Le Matricule des Anges n°210

Icebergs

de Tanguy Viel

Sous la ligne de flottaison

Avec Icebergs, Tanguy Viel donne à voir la part immergée de la littérature, celle des coulisses de la création et d’une existence, en dix promenades. Vingt ans déjà que Tanguy Viel publie des romans. Vingt ans qu’il conçoit et fabrique des fictions aux rouages diaboliques alors que ses personnages semblent destinés à des vies ordinaires. Le plus souvent, un narrateur, interne à l’histoire, prend en charge le récit. Mais si ses propos inoffensifs amenuisent la vigilance du lecteur, in fine celui qui, l’air de rien, raconte l’histoire en...
novembre 2019
Le Matricule des Anges n°208

Noir de l’Egée

de Michaël Batalla

Vu d’ici

Avec Noir de l’Égée, Michaël Batalla fait de son tropisme grec un poème lucide sur l’exemplarité d’un peuple face au chaos migratoire. Été 2015, mer Égée, île de Samos, des hommes et femmes « presque sans bagage » marchent le long de la route côtière. Plus tard, à l’embarcadère pour Athènes, c’est la mobilisation. Sur le ferry pour la capitale, toutes nationalités confondues, Grecs, migrants, touristes se parlent : la traversée installe une Babel heureuse. Fondu au blanc. Fin de l’avant-poème. De cet avant-texte – qui est...
septembre 2019
Le Matricule des Anges n°206

Mire

de Solmaz Sharif

Théâtre des opérations

Premier opus puissant de Solmaz Sharif, qui dit l’onde de choc de la guerre depuis sa position d’étrangère en son propre pays. Mire est un coup de maître. On ne sait si sa placidité glaçante est la manière dont la colère s’exprime après qu’elle est passée ou s’il s’agit d’une colère au cube. Difficile de trancher tant le poème gagne en intensité à mesure qu’il déploie sa langue et ses occurrences multiples. « Mes amis qualifient ma disposition / de stoïque. Tu fais le poisson mort, disait un ex. La distance / est une...
juillet 2019
Le Matricule des Anges n°205