La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français L’origine du périréalisme

janvier 2013 | Le Matricule des Anges n°139

Les Frasques de la belle époque

En sélectionnant cent cinquante unes du supplément dominical du Petit Journal, haut lieu de la gravure en couleur à partir de 1890, Bruno Fuligni a fait un coup à plusieurs bandes : tout en mettant en évidence la beauté des gravures d’un journal petit-bourgeois de la Belle-Epoque – coup de chapeau aux artistes qui produisaient ces gravures hautement calculées et bigrement efficaces –, il a souligné le caractère populacier de la presse qui, tout en arrivant à son Âge d’or, n’a rien perdu des caractéristiques du « canard sanglant » d’Ancien Régime et a involontairement dévoilé la source majeure d’inspiration des surréalistes.
Si en 1890 et durant les décennies suivantes, on se régale toujours des faits divers (duels, noyade, vitriolade, accidents de trains, etc.), de l’existence des grands de ce monde (« people », têtes couronnées, Affaire Dreyfus) ou des curiosités anecdotiques (femme encagée avec des lions, batailles entre peuples exotiques, étonnante vie coloniale, éléphants en liberté dans les rues, etc.), c’est que, au fond, rien n’a été déplacé des profondeurs de l’homme par l’irruption des techniques. En attendant, le XIXe siècle a été riche pour la presse : techniques d’impression, fabrication du papier, diffusion, etc. ont tellement évolué que le Petit Journal peut créer des images colorées, puissantes comme jamais, inoubliables.
Les première et quatrième de son supplément du dimanche étaient attendues et discutées à l’heure de l’absinthe apéritive au café. Certains notamment ne s’en sont jamais remis : ils se sont appelés surréalistes et, à bien regarder les images réunies par Bruno Fuligni, ils n’étaient en somme que des périréalistes. Après avoir dépouillé papa de sa bibliothèque romantique, ils lui ont piqué ses images et ses totems. À commencer par le revolver dont la puissance exprimée par l’image en faisant un outil quasi divin, les femmes fatales, les éclats lumineux des lustres, la fascinante violence des apaches et des anarchistes, le hasard soufflé par les déraillements. À coup sûr, l’œuvre du grand Robert Desnos est fruit de ce monde de gravures comme de celui des Halles.

Éric Dussert

Les Frasques de la Belle Époque
Bruno Fuligni
Albin Michel, 241 pages, 39,90

L’origine du périréalisme
Le Matricule des Anges n°139 , janvier 2013.
LMDA papier n°139
6.50 €
LMDA PDF n°139
4.00 €