La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger L' Arrogance des vauriens

mars 2014 | Le Matricule des Anges n°151

L' Arrogance des vauriens

Plus de trente ans après son œuvre majeure, A la hauteur de Grand Central Station je me suis assise et j’ai pleuré (1945), inspirée de sa relation passionnée avec le poète britannique George Barker, Élizabeth Smart a publié un texte qui en est une suite assez logique. Nous retrouvons une femme délaissée, élevant seule ses enfants et aux prises avec les difficultés de l’après-guerre. Les ruines de Londres font écho à son échec amoureux. Soliloques, rêveries, incantations, allusions littéraires et récits, créent un mélange inclassable de formes qui sont autant de cris du cœur d’une femme animée d’une volonté indéfectible de vivre, et surtout d’aimer à nouveau.
Cette femme déchirée n’accepte pas la médiocrité de son quotidien. Grande amoureuse déçue elle travaille modestement dans un bureau. Ses rêves d’un royaume enchanté par l’amour sont broyés. Comment vivre alors que le monde ne semblait avoir de sens que par la passion amoureuse ?
« Je suis du genre obsessif. Et vous ? Si vous êtes du genre papillon vous ne me pardonnerez ma véhémence ». Dommage effectivement qu’Elizabeth Smart ne soit pas un peu moins obsessionnelle, que sa réelle sensibilité poétique soit entamée par le ressassement de son besoin d’amour même si la multiplicité des formes en atténue l’aspect répétitif. Faute de grande passion, « une pâle copie » pourrait éventuellement la satisfaire, ce qui aurait l’avantage de l’écarter du « désir absolu et de ses étouffantes chimères ».
Les incantations pourtant nombrilistes d’Elizabeth ne sont jamais ennuyeuses. Son style a quelque chose de désordonné mais de furieux. « La plume est une arme terrible. Mais elle n’est rien sans furieuse volonté. » Cette « furieuse volonté » ne semble malheureusement pas adaptée à la réalité de son existence. Un apaisement serait souhaitable. Elle-même semble le désirer. « La pacification est possible. La chair peut être douce ». Mais en est-elle si certaine ?

Yves Le Gall

L’Arrogance des vaurieux
Elizabeth Smart
Traduit de l’anglais (Canada) par Marie Frankland
Les Allusifs, 128 pages, 11,50

Le Matricule des Anges n°151 , mars 2014.
LMDA PDF n°151
4.00 €