La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français En surnombre dans l’économie nationale

avril 2015 | Le Matricule des Anges n°162 | par Emmanuelle Rodrigues

En surnombre dans l’économie nationale

Deux femmes font un voyage en train vers une destination ignorée. On leur dira un jour qu’elles sont allées en Enfer. Ce qui suscitera en elle de l’étonnement. On ne revient pas de l’Enfer. Puis, « elles vivront longtemps, malgré tout, revenues fortes, au moins en apparence. Après tout, on veut vivre, et on y parvient si on ne nous en empêche pas. Elles seront des rescapées survivantes. »
Dans un style concis et percutant, Eveline Rapoport désamorce les clichés véhiculés sur les rescapés et leur rôle de témoins. Elle aborde avec audace la place assignée aux survivants : « C’était tout ce qu’elles avaient à dire ? Elles ne comprenaient pas, trouvant que c’était bien assez. / “Quand même, il y a bien des choses dont vous vous souvenez, il faut témoigner.”/ “Il faut ?” / Elles s’agitaient, se sentant harcelées, les autres battaient en retraite. » L’auteur fait surgir également les malentendus entre les uns et les autres, et la souffrance inhérente à ce décalage : « Que représentaient-elles ? Des héroïnes, des victimes ? Des survivantes, ça les faisaient rire. Ça faisait film de science-fiction, pourquoi pas des mortes-vivantes. A la limite, des rescapées, ça leur convenait. Elles ont réchappé, c’est ça. L’Histoire avait donné un nom à l’événement… »
Ce premier roman d’une grande sobriété parvient donc à évoquer non sans humour le fait d’être marqué à vie par le traumatisme que représente la déportation. Cela donne lieu à des épisodes grotesques du quotidien auxquels la mère et la fille se trouvent confrontées : l’achat de chaussures dont elles veulent toujours vérifier la taille, ou le tatouage qui sur leur peau n’a rien d’une fantaisie ou d’un effet de mode. Ce sont aussi toutes les péripéties engendrées par la nécessité de se réinsérer dans le corps social. Retrouver des papiers, mettre à jour l’état-civil : comment obtenir le certificat de décès de qui n’est pas revenu et dont on a perdu trace, pour jamais ?

Emmanuelle Rodrigues

En surnombre dans l’économie
Eveline Rapoport
Les Allusifs, 80 pages, 10

Le Matricule des Anges n°162 , avril 2015.
LMDA papier n°162
6.50 €
LMDA PDF n°162
4.00 €