La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Emmanuelle Rodrigues

Message Envoyer un message

Articles

La Nuit n’éteint jamais nos songes

de Joël Vernet
Le voyage intérieur Joël Vernet nous offre quelques pages du livre de sa vie. Son récit n’élude ni la quête intérieure ni la soif de lumière qui n’ont jamais cessé d’être. Dès son premier livre en 1988, intitulé Lettre de Gao, Joël Vernet s’est engagé sur la voie d’une recherche toute singulière et personnelle. Si le voyage représente cet élan qui porte à la découverte, il peut aussi bien prendre une tout autre direction. Joël Vernet se sera également tourné vers l’écriture de sa vie intérieure. La Nuit n’éteint jamais nos songes rassemble ainsi les feuillets d’une vie devenue livre. Le lecteur ne trouvera là aucune leçon de vérité, mais l’intuition d’un homme qui depuis l’enfance traverse « les nuits une torche à la main ». L’auteur évoque l’éveil de sa...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Nevermore

de Cécile Wajsbrot

À l’écoute du temps

S’inspirant de La Promenade au phare de Virginia Woolf, Cécile Wajsbrot y trouve la matière d’un roman épuré et vertigineux. Si la création est au cœur de Nevermore, et ce récit ne manque pas de faire référence à diverses expressions artistiques, il y est aussi beaucoup question de l’art de traduire. La narratrice se propose de transposer en français la deuxième partie de La Promenade au phare, intitulée par Virginia Woolf, Le Temps passe. Elle se rend à Dresde en vue de se consacrer à ce travail. Nous la suivons à...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Pussyboy

de Patrick Autréaux

L’amour aimant

Dans Pussyboy, Patrick Autréaux relate l’obsession entêtante d’aimer et la douceur enivrante d’écrire. Pari tenu du désir qui se mue en parole érotique. Médecin en psychiatrie d’urgence jusqu’en 2006, Patrick Autréaux est l’auteur d’une œuvre en grande partie autofictionnelle : depuis son premier livre, Dans la vallée des larmes, paru en 2009, jusqu’à Quand la parole attend la nuit en 2019, il puise dans sa propre vie la matière de ses récits. Son nouvel opus évoque certains thèmes propres à l’écrivain, tels le désir d’écrire mais aussi le...
avril 2021
Le Matricule des Anges n°222

Les Seules

de Claire Genoux

Requiem des délaissées

Dans Les Seules, Claire Genoux nous relate la troublante étrangeté d’existences recluses. Un chant vibrant qui n’en demeure pas moins tourné vers la beauté du monde. Les Seules charrie, tel un fleuve déversant ses éboulis de terre et d’eau, sa part de souffrance et d’humanité. La façon dont corps et conscience s’entrechoquent, Claire Genoux nous le narre avec une rare justesse. Sous sa plume, voilà évoquée la violence exercée à l’encontre de femmes, et les mots qui la nomment, explorent ce qu’il s’en dégage de tension, de suffocation, d’altération....
mars 2021
Le Matricule des Anges n°221

Variations-prairie

de Françoise Ascal

L' Obstination du perce-neige

de Françoise Ascal

Leçon de choses

La poète Françoise Ascal publie ses carnets et un recueil de proses. D’un livre à l’autre, ce récit de soi nous retient. Vivre est si stupéfiant, cela ne laisse que peu de place pour d’autres occupations. », tels sont les mots empruntés à Emily Dickinson par lesquels Françoise Ascal commence son journal. Elle y témoigne de la maladie qui l’affecte gravement, durant les années 2012 à 2017. Sa vie s’en trouve alors durablement entravée : « Ma rémission aura duré un an et demi. L’année s’achève par une batterie...
février 2021
Le Matricule des Anges n°220