La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Mises en abyme

juin 2015 | Le Matricule des Anges n°164

Fins de carrière

Jacques Abeille aime les portes dérobées, les tiroirs secrets, les miroirs sans tain. Bref, tout ce qui débouche sur autre chose, l’inattendu, l’invisible, l’inconnu. Dans ce recueil, qui laisse à tort suggérer quelque variation autour de la retraite, l’auteur des Jardins statuaires livre un « recueil de contes plus ou moins fantastiques », pour citer le narrateur de la nouvelle intitulée « Mon dernier récit IV ». Après avoir donné des écrits érotiques à ce même éditeur, Abeille propose cette fois sept textes qui, outre le fait d’avoir quasiment tous déjà parus en revues, ont en commun de déboussoler. Comme envoûté, le lecteur suivra par exemple ce « navigateur en chambre » dans ses échappées nocturnes ou cet écrivain dans son « effarante expérience », celle qui le voit happé dans une dimension parallèle au moment où il retrouve son premier amour. Devant ces « empilements d’imagination », forcément, on pensera à Borges ou à Kafka. Les nombreuses mises en abyme qui rythment le recueil forcent à considérer ce livre, modeste par la taille, comme un « décodeur » de tout premier ordre. Très juste, le choix de ce mot par l’éditeur, car il dit bien la fonction matricielle que ce petit livre recouvre, rapporté à l’ensemble du travail de Jacques Abeille : « Il est vrai que toutes ces histoires traitent selon des points de vue variés du destin des créateurs ». Ce serait donc une sorte de clé magique permettant d’ouvrir les portes de son atelier mental, de s’y faufiler telle une petite souris curieuse. Au risque, comme dans un labyrinthe, de ne pas retrouver la sortie… Dilatation du temps et de l’espace, spasme de la mémoire, dialogue avec la matière de l’inspiration, effleurement de la folie, cet opus déstabilise d’autant plus peut-être que le langage, lui, est d’une absolue précision. Flirtant avec un certain surréalisme, Fins de carrière s’enveloppe de mystère et plonge le lecteur dans une atmosphère souvent troublante et fiévreuse. On avance sur le fil de ces fictions comme le funambule au-dessus du vide.

A. D.

Fins de carrière
Jacques Abeille
Éditions in8, 141 pages, 17

Mises en abyme
Le Matricule des Anges n°164 , juin 2015.
LMDA PDF n°164
4.00 €