La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le Dimanche des mères

janvier 2017 | Le Matricule des Anges n°179 | par Thierry Guinhut

Le Dimanche des mères

Ce roman est une miniature. Certes brève. Mais au sens du bijou littéraire. Au « dimanche des mères », il est de coutume de donner congé à la domesticité. Jane, une jeune domestique sans famille, obtient un rare et dernier privilège : partager nue la chambre de son amant lui-même nu. Car Paul Sheringham est un aristocrate à la veille de son mariage avec une somptueuse héritière : « il épousait l’argent ». Ce qui n’empêche guère le couple d’être des « amants accomplis, dégourdis, appliqués, accros à leurs ébats », bien qu’il s’agisse de leur dernier jour, avant une tragédie…
Légèrement satirique, doucement élégiaque, le méticuleux récit, centré sur son moment symbolique, radiographie en leur absence les us et coutumes de la famille Niven. Suivant les pas « en tenue d’Eve » de Jane, l’on saura tout sur la contraception étonnamment moderne, la bibliothèque où elle emprunte « les livres pour garçons ». C’est en 1924 la fin d’une époque, de la domesticité nombreuse, et le début d’une autre, de la précaire liberté des femmes.
La modeste héroïne, plus « futée » qu’il n’y paraît, analyse ceux qui l’entourent, au premier chef son amant, tout en sachant combien le point de vue est partiel : « Elle ne saurait jamais jusqu’à quel point les autres – ceux qui n’étaient pas écrivains – “écrivaient” les événements de leur vie  ». C’est en effet une dame de 90 ans qui se souvient : elle est devenue « Lady romancière », parce que les mots sont « une peau invisible ». Elle livre enfin les secrets de la création de ses personnages. Graham Swift écrit avec elle comme on peint un tableau de genre. Guère d’action, beaucoup de suggestion : le roman éclôt peu à peu de toute sa lumière.

Thierry Guinhut

Le dimanche des mères de Graham Swift
Traduit de l’anglais par Marie-Odile Fortier-Masek, Gallimard, 144 pages, 14,50

Le Matricule des Anges n°179 , janvier 2017.
LMDA papier n°179
6.50 €
LMDA PDF n°179
4.00 €