La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Entretiens Un monde enfoui

mars 2017 | Le Matricule des Anges n°181 | par Thierry Guichard

Qui n’a pas rêvé devant un lac artificiel à la vie que l’eau a noyée ? Emmanuelle Pagano se penche depuis les rives du Salagou sur l’histoire familiale et celle de toute une vallée.

Saufs riverains (trilogie des rives, 2)

Entamé il y a deux ans avec Ligne & fils, le triptyque de la trilogie des rives d’Emmanuelle Pagano ouvre son deuxième volet avec l’ambitieux Saufs riverains. Nous ne sommes plus le long de la Ligne et de ses moulinages mais plus au sud, au cœur d’une garrigue qui sera un jour noyée sous un lac artificiel, le Salagou. Terres familiales du côté paternel où la vigne et le lait des brebis tiennent toute l’économie d’un pays. L’eau y est une denrée rare, inquiétante quand les orages la déversent avec furie sur les terrasses du Larzac, désirée quand la sécheresse menace la vie des bêtes. Ambitieux le roman l’est dès son entame : Emmanuelle Pagano remonte vers des temps si anciens que l’être humain n’y était même pas un projet de l’évolution. Elle convoque volcan et magma pour décrire la formation d’une vallée où, prétend-elle, elle viendra rêver avec sa sœur jumelle. Dans un même mouvement, la romancière mêle la mécanique des plaques à des souvenirs intimes, une impeccable documentation à une fiction très autobiographique : elle n’a en réalité pas de sœur jumelle, mais porte bien le nom d’un village aux rives du Salagou, Salasc.
Le lien intime avec le Salagou n’est pas mince : c’est au moment même où, le barrage achevé, le lac se remplit qu’Emmanuelle Pagano vient au monde. Saufs riverains tente de retrouver ce qui est enfoui sous les eaux du lac. À commencer par les deux vignes du grand-père Benjamin. Mais, le roman se montre aussi s’écrivant, détourné sans cesse, comme les eaux d’orage par le relief, par les découvertes que fait la romancière enquêtrice. Remontant le temps depuis la préhistoire, donc, jusqu’au moment où l’écriture du livre s’achève, elle agrège au cours narratif d’innombrables affluents qui déposent alors leurs alluvions sur le matériau familial. Vie frugale, légendes, droit seigneurial : tout concours à créer un univers enfoui dans la mémoire des hommes autant que sous les eaux du lac. Certains reliefs dominent : ce sont la plupart du temps des personnages tirés de l’Histoire des lieux. On suit ainsi Dom Bedos, fabuleux facteur d’orgue natif de Celles qui laissera au XVIIIe siècle les plus impressionnants orgues de France. On découvrira, éberlués, la vie de Paul Vigné d’Octon, médecin et savant, inventeur du naturisme comme moyen thérapeutique que les paysans d’Octon verront se promener nu dans sa « maison du soleil » où il recevait ses patients. Personnage incroyable, écrivain, maire et député de sa commune à laquelle il apportera fontaines et eau courante en ce début de XXe siècle. Et puis viendront les aïeux de la romancière, la manière avec laquelle au sud comme plus au nord, ils perdront des fermes, ils auront à se séparer de leurs terres. Les plus belles pages du livre s’écrivent quand l’écriture touche à sa source initiale : la création du lac artificiel. Le roman est presque fini. Mais l’écriture chez Pagano ne demande qu’à déborder ses sujets ; la révélation que lui fait un oncle la conduit sur les rives...

Cet article est réservé aux abonnés.
Auteurs, critiques, interviews, dossiers thématiques: découvrez tous les contenus du Matricule des Anges.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

LMDA papier n°181
6.50 €
LMDA PDF n°181
4.00 €