La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Ô mon kaki

juin 2017 | Le Matricule des Anges n°184 | par Chloé Brendlé

Il y a ceux dont on n’a pas idée : les mangoustans, les pitayas, les tamarillos ; fanés, flétris, moisis. » Il y a ceux aussi qu’on entrevoit près d’un métro – à la sauvette – sans pouvoir mettre un nom dessus. Couleur orange « étourdissant  », fragile et dur, répugnant, goûtu : drôles de fruits, les kakis. Drôle de mot : bégayé et pointu, inquiet, gaguesque – entre riquiqui et caca. Doublement drôle de livre que la Rhapsodie curieuse d’Alexander Dickow, qui en chantourne la texture, l’origine, les légendes – s’en émerveille.
Soixante pages ne suffiront pas à faire le tour du kaki ; elles disent à la fois beaucoup moins et beaucoup plus. Le kaki convoque des époques et des contrées lointaines, mais ramène au familier : si c’était un organe, ce serait en même temps un cœur, une bouche et un sexe. Comme le suggère le premier mot de cette Rhapsodie, les « amours en cage » (nom d’un fruit et matière à sentiments), il est toujours question d’une chose et d’autre, du monde et de soi-même – c’est au fond l’impropre du langage. Le kaki est un prétexte, et Rhapsodie curieuse à la fois une tentative d’épuisement d’un objet, un traité de poésie, un collage de contes et un autoportrait en morceaux. Un précis (un précipité) d’étonnement, composé en vers et en prose, en français moderne et dans une langue désuète. Car Alexander Dickow est américain et aime souvent écrire à cheval (et cavalièrement) entre les langues. Dans Caramboles (Argol, 2008), il s’intéressait déjà aux fruits et aux frictions de l’anglais et du français. Ici, il varie les rythmes et fait vriller la syntaxe par des prépositions inattendues ou un léger désordre de la phrase. Ce nouveau texte est pourtant moins joueur, plus pédant. Il se révèle plus troublant, parce qu’il mélange tonalités et humeurs, titille son lecteur. Comme une mise en bouche qui donnerait envie de mêler verbes du goûteur et du goûté  : goûter saloper puer consommer gorger blettir tirer – contenir.
Chloé Brendlé

Rhapsodie curieuse, d’Alexander Dickow, Éditions Louise Bottu, 60 pages, 8

Ô mon kaki Par Chloé Brendlé
Le Matricule des Anges n°184 , juin 2017.
LMDA PDF n°184
4.00 €
LMDA papier n°184
6.50 €