La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre Je t’écris mon amour (suivi de) Xitation d’Emmanuel Darley

juin 2017 | Le Matricule des Anges n°184 | par Laurence Cazaux

Je t’écris mon amour (suivi de) Xitation

Un an après sa disparition, Actes Sud-Papiers a choisi de publier trois nouvelles pièces d’Emmanuel Darley. Une belle façon de garder sa parole vivante, même si cela procure un sentiment partagé, entre le plaisir de continuer à le lire et la tristesse reconvoquée de sa disparition qui colore toute nouvelle lecture d’une forme de regret. Les trois textes parlent tous d’amour et de désir, la grande pudeur de Darley semblant même s’effacer un peu. Xitation déploie l’humour de l’écrivain pour rire de nos ratages et de nos maladresses. Un jeune homme explique à une jeune fille comment faire l’amour. Cela ne va pas de soi. « Bon quoi, t’as pas compris là ? Enlacés merde. Enlacés, côte à côte à se tenir serrés, histoire à s’préparer, à s’préliminer, c’est pour ça qu’on vient non ? » Les deux ne vont bien sûr jamais réussir à dépasser le stade des préliminaires. « Bien jolis, tes trucs là, les liminaires mais bon, finit par lasser, pas possible continuer des heures comme ça à se chercher les zérogènes… »
Je t’écris mon amour est un texte plus fiévreux. Il met en jeu la naissance d’une relation amoureuse par le biais de l’écriture, l’écran du portable ou de l’ordinateur faisant partie intégrante de la pièce. Elle et Lui se croisent de temps en temps. Le trouble s’installe. Et lorsque l’aveu survient, tout s’emballe : « Tout change. Comment le cœur il bat, peu à peu, de plus en plus, de plus en plus vite quand ça apparaît, la réponse./ Quand le petit bruit là, aquatique, il résonne pour dire, a y est. / Me voilà. / Je suis là. / Tu peux lire. / Me lire.  » Le pouvoir des mots pour pouvoir aimer. Et comment ensuite rencontrer l’autre pour de vrai ?
Grandir est un texte jeunesse. Un chœur d’enfants nous parle de leur peur ou de leur désir de grandir. Au milieu d’eux, un tout-petit en taille, Momo, et une très grande qui dépasse, Minnie, surnommée Girafe. Ces deux-là vont se trouver, malgré les apparences et puis parce qu’il paraît que « les baisers girafe c’est bleu et vertigineux ». Du Darley tout tendre. L. Cazaux

Actes Sud-Papiers
, 82 et 56 p., 15 et 10

Je t’écris mon amour (suivi de) Xitation d’Emmanuel Darley Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°184 , juin 2017.
LMDA PDF n°184
4.00 €
LMDA papier n°184
6.50 €