La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue Lumière noire

juin 2017 | Le Matricule des Anges n°184 | par Dominique Aussenac

La Moitié du fourbi N°4 (Lieux artificiels)

Ouvrir des pistes et des espaces dans le fourbi du monde, tel est l’objectif de cette revue aux allures d’atelier, peut-être d’horlogerie, où l’on démonterait des mots, reformerait des textes, réglerait des engrenages d’images ou d’expressions.
Mais c’est quoi ce pays où il fait noir et où ce n’est pas la nuit, thème de ce cinquième numéro ? Le territoire du désespoir ou celui de l’écriture ? Guillevic (1907-1997), le sculpteur de silence, le forgeron d’une langue dans la langue l’inventa : « Je ne sais pas ce que c’est ce noir, je suis dedans. Je t’écris sur un mur au fond du noir. Je sais que dehors il ne fait pas noir. » La Moitié du fourbi a choisi d’ausculter le poème, d’en refaire palpiter l’auteur, de progresser à tâtons dans les ténèbres afin de donner encore à lire, à voir et à penser. « Vers la lumière inguérissable » célèbre par une ode fervente, le natif de Carnac. Pierrick de Chermont écrit : « Tu es l’objet de ma vie intérieure. Tu es la nourriture que je prends, la double hélice du rêve et de la raison. » Sylvie-E. Saliceti élève « un menhir d’encre », se baigne dans le poème, égrène un chapelet d’îles : Sein, Molène, Belle-île et clame : « Une langue de fer, et ce n’est pas de la haine. Une langue du désordre qui n’est pas le chaos. Dans la vallée, le menhir au visage de métal brûle la lame. » Sylvie Fabre G. lui écrit une « Lettre du pays des sources » : « derrière la porte des enfances, pays des “sources de la joie”, pays des “sources de la nuit” ; en cette fin d’octobre où le noir est plus noir encore de garder la lumière, le jeune visage de nos vies est aussi, vous le savez, celui si vieux de nos morts. »
Le noir ou plutôt le blanc, on le retrouve sur un podium à « La deuxième marche ». Celui des Jeux olympiques de Mexico en 1968, qui ont donné cette icône photographique. « Sur la première et sur la troisième marche, deux géants, aux visages, bras et pieds en fonte… Ils ont la tête baissée, et une expression dont on ne sait exactement si elle tient du recueillement, de la concentration, de la tristesse, de la détermination, de la peur, un peu, peut-être ? » D’une main gantée, ils lèvent le poing. Mélikah Abdelmoumen zoome sur l’athlète australien, Peter Norman, médaillé d’argent du 200 m. Ce blanc resté dans l’ombre a aidé John Carlos et Tommie Smith à mettre en scène leur posture de révolte. Si celui-ci fut aussi ostracisé par les autorités sportives de son pays, non sélectionné pour les Jeux de 1972, une autre image « brille plus que toutes les autres, pourtant si lumineuses, et qui broie le cœur : celle de Smith et Carlos portant le cercueil de Norman lors de ses obsèques en Australie, en 2006 ». À retrouver dans le documentaire Salute (2008) de Matt Norman, son neveu. Un autre Australien, le chanteur, auteur et compositeur Nick Cave incarne une sorte d’ange noir. Anthony Poiraudeau évoque son dernier album Skeleton Tree, particulièrement crépusculaire, « un pan frontal de noir sans fond ». Romain Verger revient à Chauvet, la grotte aux mille représentations animales « enfoncement progressif dans le rêve ». Tandis que de Roberto Bolaño à Hervé Guibert, Hélène Gaudy nous invite dans des chambres noires. « Il s’agirait d’écrire davantage dans la confrontation et le miroir, la fabrication consciente d’un texte et d’une image dont on ne distingue plus la trace. »
La Moitié du fourbi se lit intensément de A à Z, éperdument ravive toutes les couleurs.

Dominique Aussenac

La Moitié du fourbi N°5, 114 p., 14
(22 rue Pablo-Picasso 93000 Bobigny)

Lumière noire Par Dominique Aussenac
Le Matricule des Anges n°184 , juin 2017.
LMDA PDF n°184
4.00 €
LMDA papier n°184
6.50 €