La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Les Mandible : Une famille, 2029-2047

juillet 2017 | Le Matricule des Anges n°185 | par Thierry Guinhut

Les Mandible : Une famille, 2029-2047

Une chronique familiale issue en droite ligne de la tradition du roman américain, événementiel et psychologique, s’associe adroitement à une anticipation peu réjouissante. Car, entre 2029 et 2049, une crise économique terrible fait vaciller les États-Unis et le monde. Le capitalisme en est-il la cause ? Non : la « dette nationale était trop élevée pour être remboursée », la dépense sociale est à vau-l’eau, la fiscalité démesurée. Le dollar est évacué par le « bancor », les livres ont disparu, on n’a plus besoin de savoir lire, l’État greffe une « puce sécurisée » à chacun, plus loin la France est en déshérence… On assiste à la décadence familiale des Mandible ; et qu’ils soient des plus modestes ou super-riches, tous sont ruinés, sans moyen de subsistance, sauf celle qui occupe un emploi social, Florence. C’est le personnage pivot de la saga, dont la détermination, la débrouille et le sens affectif donnent son assise à ce qui devient un clan, qu’elle doit peu à peu abriter tout entier sous son toit, jusqu’à ce qu’il en soit expulsé par la violence.
Lionel Shriver part de deux présupposés discutables. L’un selon lequel les ressources naturelles s’épuiseraient, peur facile : c’est faire fi de nouvelles découvertes et des capacités de rebondissement de la science. L’autre verrait les États-Unis subir le sort économique du Venezuela socialiste, ce qui paraît loin de la tradition américaine, quoique, qui sait… Reste que malgré une narration et des dialogues parfois trop bavards, la puissance de l’anti-utopie n’est pas loin des thèses – que l’on discutera sans fin – des libertariens et du « tea party », mais aussi d’Ayn Rand, l’auteur de La Grève (Les Belles Lettres). Un « État libre » au Nevada, avec « un taux d’imposition uniforme à 11 % », verra-t-il la renaissance des Mandible ?

Thierry Guinhut

Les Mandible, de Lionel Shriver
Traduit de l’anglais (États-Unis) par Laurence Richard, Belfond, 528 pages, 22,50

Le Matricule des Anges n°185 , juillet 2017.
LMDA PDF n°185
4.00 €