La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français Violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner d’Etienne Deslaumes

septembre 2017 | Le Matricule des Anges n°186 | par Camille Cloarec

Violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner

À Nice, Armande, femme à la quarantaine bien dépassée, meurt sous les roues d’une voiture. S’est-elle suicidée, ou est-ce un accident ? Cette question hante ses proches, qui se retrouvent pour son enterrement en région parisienne. Il y a là son ancien mari Christian, ainsi que sa meilleure amie Patricia, qui a épousé l’associé de Christian, Émilien. Le lien entre ces deux familles, fusionnel, étrange, se déroule lentement. L’auteur nous fait pénétrer dans l’esprit de chacun des personnages, qui s’expriment selon de courts chapitres. Et le récit avance ainsi, au gré de leurs révélations et de leurs confidences.
Le lecteur découvre tout d’abord que le monde des Desforges et des De Graaf n’est pas très féministe. Patricia et Armande, d’après les rapports des uns et des autres, font plutôt figure de renoncement. Trompées par leur mari, ayant abandonné toute perspective d’étude ou de travail, « elles échangeaient leurs tuyaux : tel tapissier pour le salon, tel traiteur pour la communion de l’un d’entre nous. Bref, du vide en boîte. Mais du vide qui donnait une impression de contenu ». Les souvenirs, émus, nostalgiques, excédés, rejaillissent. Et, peu à peu, le passé se reconstitue comme un puzzle, pétri de tabous, de drames et de secrets.
Derrière cette intrigue très bien menée, et ces personnages malgré tout attachants, Étienne Deslaumes – après son exploration du monde de l’entreprise, avec Journal ambigu d’un cadre supérieur (Monsieur Toussaint Louverture, 2012) – livre une réflexion très poussée sur le couple (une place « loin d’être aussi ensoleillée que l’on voudrait  »), la famille et la sexualité. Cette analyse des relations humaines, froide, légèrement pessimiste, le pousse à ce constat morose : « Il y a une raison souterraine à nos attachements les plus nobles, ou à nos détachements les plus excusables, et cette raison est presque toujours personnelle, égoïste ».

Camille Cloarec

Buchet-Chastel, 288 pages, 17

Violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner d’Etienne Deslaumes Par Camille Cloarec
Le Matricule des Anges n°186 , septembre 2017.
LMDA papier n°186
6.50 €
LMDA PDF n°186
4.00 €