La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine français La Ville fond

octobre 2017 | Le Matricule des Anges n°187 | par Franck Mannoni

Comme dans un tableau de Dalí, le monde de Bram, personnage central de ce roman fractal, se délite. Les lieux ont une situation géographique vacillante. Les êtres ne sont jamais ce qu’ils paraissent. Leur identité est mouvante, leur existence même, incertaine. Bram, qui menait une existence stable et rassurante, doit se rendre à l’évidence : depuis que la ville fond, rien n’est plus comme avant. Lui qui tentait de s’y rendre en bus, comme à son habitude, ne parvient plus à rejoindre la cité tant désirée. Tout concourt à démontrer que l’irruption de l’imprévu dans un univers monotone menace jusqu’à l’équilibre du monde. Une forme d’entropie littéraire que n’aurait pas déniée Kafka. Paradoxalement, l’angoisse de la situation semble glisser sur Bram, qui vit cette odyssée comme dans un rêve, avec une insouciance qui confine à l’ataraxie. Alors qu’une tempête fait rage, que des arbres volent devant sa fenêtre, l’antihéros lit son journal. Les notions de cercle, de cycles, d’éternel retour se retrouvent jusque dans la composition du texte, qui utilise parfois les chiasmes pour se jouer du sens de lecture et brouiller les points de vue : « Un mot de Bram indiquait qu’il était absent. Je suis absent – Bram, disait le mot ». L’usage des réalités alternatives impose l’idée que toutes ces péripéties ne seraient qu’une projection psychique. Bram en serait le démiurge, lui qui est sujet à « des crises qu’il expliquait mal ». Une hypothèse qui rend plausible la progression du récit vers une apocalypse surréaliste : «  Depuis que la ville fondait, les visages des vivants étaient cousus à la va-vite sur ceux des morts ». D’une intensité croissante, cette épopée fantastique interroge aussi sur les liens qui unissent ou opposent le domaine urbain et la ruralité. Le premier, censé représenter la civilisation, devient chez Quentin Leclerc le siège des pires outrances : « La ville les avait découverts pour ne plus faire d’eux que de redoutables barbares ». Un paradoxe qui suscite la réflexion.

Franck Mannoni

La Ville fond de Quentin Leclerc
Éditions de l’Ogre, 200 pages, 18

Le Matricule des Anges n°187 , octobre 2017.
LMDA papier n°187
6.50 €
LMDA PDF n°187
4.00 €