La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Portraits crachés

janvier 2018 | Le Matricule des Anges n°189 | par Valérie Nigdélian

Le Garçon en polaroïds

Le dispositif est modeste : seize clichés, plus ou moins jaunis – images pauvres tirées de l’album familial – auxquels répondent, en regard, seize textes courts. Autant de diptyques prétextes à explorer les origines et la jeunesse enfuie – les dire, mais peut-être d’abord les construire. Regarder, et écrire, pour interroger cet autre sur la photo, ce spectre figé alors que le flux de l’existence a passé, a épaissi les corps et effacé la beauté. Regarder, et écrire, sans tenter de masquer l’effet de profonde étrangeté suscité par ces images banales et insouciantes, souvent solaires, qui, mises bout à bout, prétendent résumer l’histoire d’une vie : laisser résonner l’écart, le mensonge qu’elles incarnent, elles qui « valent peut-être comme traces, plutôt que comme significations ». Pas de « je » ici, mais un récit fragmentaire à la troisième personne dont le sujet, mis à distance, est « le Garçon ». Tout à la fois cru et pudique, sensible et prosaïque, brutal et incroyablement délicat, Shaun Levin fissure, creuse, déplace, révélant le raccord impossible entre image, réel et mémoire. En quelques mots d’ouverture, une trajectoire sombre est tracée – l’homosexualité et l’incertitude du genre, le désir panique de « la chair des autres », la judéité et l’exil, la détestation de soi – dont l’impeccable traduction d’Étienne Gomez restitue la ritournelle douce-amère.
Valérie Nigdélian

Le Garçon en polaroïds, de Shaun Levin, traduit de l’anglais par Étienne Gomez, Signes et Balises, 72 pages, 11 e

Portraits crachés Par Valérie Nigdélian
Le Matricule des Anges n°189 , janvier 2018.
LMDA papier n°189
6.50 €
LMDA PDF n°189
4.00 €