La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Revue La Barque Dans l’Arbre N°01

février 2018 | Le Matricule des Anges n°190 | par Emmanuel Laugier

La Barque Dans l’Arbre N°01

La barque dans l’arbre : le titre de cette nouvelle revue n’est pas le simple accolement de deux réalités lointaines, étrangères l’une à l’autre, mais la référence à ce que les bords de mer peuvent faire voir après des raz de marée : une barque perchée loin dans la plaine en haut d’un arbre miraculé. Il fallait ce déplacement pour que l’aventure s’imagine et se fasse la poche accueillante de textes, comme ceux de Louis-René des Forêts : une critique de la littérature à la télévision d’une grande lucidité, ainsi qu’une méditation sur la création qu’Ostinato n’aurait pas reniée. La traduction est aussi l’une des voies de La barque dans l’arbre  : on trouvera le Kaddish de Charles Reznikoff extrait de Going To and Fro and Walking Up and Down (1941), deux lettres au comique involontaire de l’écrivain américain Conrad Haiken, auteur du Grand cercle, dans lesquelles il dit ses épreuves, ses désillusions, ses pulsions, avec une distance invraisemblable. À son ami Jacob Wilbur, traducteur de Freud, il confie vouloir, après douze jours de silence, « Un simple échange juteux, comme dit Mark Twain, et l’exercice mental-musculaire que cela signifierait pour moi, être en conversation avec quelqu’un d’aussi compétent que toi » ; et à Henry A. Murray, psychologue, il précise n’avoir pas tenu compte de sa remarque concernant la banalité du suicide lorsque « j’ai tenté de me tuer au gaz  ».
Autre découverte marquante : les textes de l’Italien Tonnino Guerra (la cohérence de l’ensemble aurait voulu qu’une notice biobibliographique soit donnée), journal dans lequel le narrateur évoque un rescapé de la bombe d’Hiroshima : « j’ai tout de suite été frappé par la beauté de ce champignon merveilleux qui grandissait à quelques kilomètres de moi, et me donnait la sensation d’un coucher de soleil vertical. Je fus sauvé, par miracle./ Et c’est cette apparition qui m’a rendu esclave de la beauté  ».

E. L.

La Barque dans l’arbre N°1, 62 p., 13
éditions La Barque

Le Matricule des Anges n°190 , février 2018.
LMDA papier n°190
6.50 €
LMDA PDF n°190
4.00 €