La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Théâtre À la trace / Celle qui regarde le monde d’Alexandra Badea

février 2018 | Le Matricule des Anges n°190 | par Laurence Cazaux

Ala trace ; Celle qui regarde le monde

Ces nouveaux textes d’Alexandra Badea mettent tous deux en jeu une jeune femme qui décide de s’ouvrir au monde. Dans la première pièce, À la trace, Clara retrouve, à la mort de son père, dans les affaires de ce dernier, le sac d’une femme avec une carte d’identité au nom d’Anna Girardin. Comme un détective à la recherche d’un mystère enfoui, Clara part à travers le monde, pour retrouver les Anna Girardin qu’elle suit à la trace sur le Net. Ce voyage est une quête d’identité et de liberté. La pièce est écrite en une alternance de séquences, d’un côté le voyage de Clara et ses rencontres avec quatre Anna Girardin, de l’autre le trajet d’une cinquième Anna, une marchande d’art qui parcourt la planète et ne vit que des rencontres virtuelles sur des sites internet, lui permettant de réinventer sa vie, entre mensonges et moments de vérité.
Le texte interroge le rapport à la maternité avec l’envie de sortir du politiquement correct. Exemples de questions qu’il pose : peut-on être femme sans être mère ? Peut-on abandonner son enfant par excès d’amour ou pour ne pas lui transmettre les névroses familiales ? Comment fonctionne la transmission entre femmes ? Avec en toile de fond cette nécessité, souvent évoquée par Alexandra Badea, d’un mode d’emploi, cette fois-ci de la maternité.
La seconde pièce, Celle qui regarde le monde, a été créée pour un public scolaire. Il y a trois personnages : Enis, celui qui crie. Déa, celle qui regarde et découvre le monde. Et le commissaire. Déa voulait aider Enis, un réfugié, à passer la frontière pour rejoindre l’Angleterre. Mais Enis est repéré par un détecteur de battements cardiaques et arrêté. Déa est alors interrogée par un commissaire qui cherche à savoir si elle n’est pas radicalisée. La pièce est plus convenue dans les discours portés par la jeune fille, même si ces paroles sont nécessaires à entendre aujourd’hui car ils portent le rêve d’une autre société où « la vie pourrait avoir un autre sens que de dominer, de posséder, de s’endetter et d’avoir peur de l’autre ».

L. Cazaux

À la trace / Celle qui regarde le monde, Alexandra Badea
L’Arche, 94 pages, 13

À la trace / Celle qui regarde le monde d’Alexandra Badea Par Laurence Cazaux
Le Matricule des Anges n°190 , février 2018.
LMDA papier n°190
6.50 €
LMDA PDF n°190
4.00 €