La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Dialogue sous les remparts d’Oya Baydar

février 2018 | Le Matricule des Anges n°190 | par Thierry Cecille

Dialogue sous les remparts

À l’heure où Erdogan affronte de nouveau, par les armes, son ennemi historique, le PKK, il est urgent d’écouter des voix authentiques qui se font entendre de là-bas, du Kurdistan encore déchiré. Sans doute beaucoup l’ont-ils oublié : à partir de l’été 2015, et pendant plusieurs mois, l’armée turque assiégea, bombarda, détruisit des villes kurdes de l’est du pays, en rébellion. À Diyarbakir, principale ville kurde, le quartier de Sur, en particulier, qui semblait pourtant à l’abri derrière ses murailles millénaires et classées par l’Unesco, subit la terreur et la destruction. Oya Baydar, dont on peut lire de beaux romans chez le même éditeur, imagine ici un dialogue entre la Turque qu’elle demeure, malgré qu’elle en ait, et une femme kurde de Sur, sous les remparts et sous les bombes. Ce dialogue, à la fois émouvant et subtil, pose des questions essentielles – et taraudantes. Oya Baydar s’interroge ainsi sur son engagement passé à l’extrême gauche, et les illusions auxquelles elle céda alors, nobles mais mensongères : le désir de « jouer les sauveurs  » sans pour autant prendre en considération ceux que l’on veut sauver. Elle exprime, face à cette femme qui elle est prisonnière de sa ville, la honte qu’elle ressent de pouvoir être ainsi comme en visite, de passage, même si c’est par solidarité. Ne serait-elle là que pour «  purifier (sa) conscience, payer le prix du péché des autres  » ? Elle ne cesse de revenir sur la tragédie que constitue la nécessité, face à la violence de l’armée turque, de se servir des mêmes armes, de choisir la mort, de sacrifier la jeunesse martyre de ce peuple qui jamais ne put faire de son pays une nation. Elle s’inquiète surtout d’un avenir dans lequel la paix serait à tout jamais impossible : lorsqu’elle demande : « Comment faire un, si même la mort a un sens différent ?  », son interlocutrice répond : « Nous ne ferons pas un  ». Nul doute que cette prédiction résonne sinistrement, du Kurdistan à la Palestine, de la Syrie au Yémen.

Thierry Cecille

Dialogue sous les remparts d’Oya Baydar
Traduit du turc par Valérie Gay-Aksoy,
Phébus, 160 pages, 15

Dialogue sous les remparts d’Oya Baydar Par Thierry Cecille
Le Matricule des Anges n°190 , février 2018.
LMDA papier n°190
6.50 €
LMDA PDF n°190
4.00 €