La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Evangelia de David Toscana

février 2018 | Le Matricule des Anges n°190 | par Thierry Guinhut

Roger Caillois imaginait dans Ponce Pilate que ce gouverneur romain graciait le Christ : en conséquence, il n’y eut pas de christianisme. David Toscana livre une uchronie plus facétieuse.
Le récit est d’un roman historique et légendaire bon enfant, dans lequel les rois mages suivent une étoile capricieuse. Devant l’enfant Jésus, une surprise désastreuse les attend. Car Emmanuelle, le rejeton de Marie, « n’aura jamais de barbe », s’irrite le Seigneur. L’ange Gabriel aurait failli dans sa mission ? L’on devine que pour la prophétesse, ce n’est pas une sinécure que d’imposer le message divin, de recruter des apôtres, d’asseoir son autorité de fille de Dieu, de Déesse enfin. D’autant qu’il vient un frère cadet, Jacob, redoutable concurrent connu bientôt sous le nom de Jésus. Les péripéties, burlesques et graves, se succèdent, jusqu’à ce que Pierre soit « l’apôtre d’Emmanuelle ».
Sens de l’humour, rebondissements, discrète érudition, voici les qualités de cette réécriture. Sans oublier l’ironie égratignant foi et tyrannie religieuse : « Quiconque dira qu’assécher le figuier a été une infamie sera tenu pour hérétique  », assène notre « meneuse d’une bande de guérilleros », notre « Christe » !
Outre la dimension uchronique – imaginer un temps historique et mythique qui n’a jamais existé – le Mexicain David Toscana offre un apologue universel et cependant ancré dans notre temps : il se moque d’une récurrente misogynie et milite pour l’égalité homme-femme, y compris au sein de religions plus ou moins enclines à reconnaître la féminité dans sa dignité. Gageons d’ailleurs que si quelques chrétiens s’irriteront de lire ce roman, ils n’iront guère jusqu’à le qualifier de blasphème. Si le Christ avait été une femme, la face du monde en aurait-elle été changée ?

Thierry Guinhut

Evangelia de David Toscana
Traduit de l’espagnol (Mexique) par Inés Introcaso, Zulma, 432 pages, 22,50

Evangelia de David Toscana Par Thierry Guinhut
Le Matricule des Anges n°190 , février 2018.
LMDA papier n°190
6.50 €
LMDA PDF n°190
4.00 €