La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Histoire littéraire Écris-moi à Mexico de Victor Serge / Laurette Séjourné

février 2018 | Le Matricule des Anges n°190 | par Anthony Dufraisse

Ecris-moi à Mexico : Correspondance inédite (1941-1942)

Que c’est long, long et compliqué ! » Quelques mots d’exaspération qui résument tout : la situation d’attente interminable dans laquelle se trouve Victor Serge (1890-1947), l’écrivain et intellectuel communiste dissident, éloigné depuis des mois, en cette année 1941, de celle qu’il aime, Laurette Séjourné (1911-2003), Italienne naturalisée française, future spécialiste des civilisations amérindiennes. Inédite, cette correspondance aurait pu s’intituler Lettres à « l’attendue ». En mars 1941, quittant précipitamment une France en guerre, l’écrivain d’origine russe n’imagine pas que la séparation avec sa cadette de vingt ans sera aussi longue ; près d’un an. Dans ce recueil qui aurait pu être chapitré en fonction de ses escales, on suit toutes les tracasseries paperassières et financières d’un homme contraint à une « station dans l’instable et l’inhabitable ». À travers son cas, il déplore la « malveillance accablante envers les réfugiés d’Europe », considérés de ce côté-ci de l’océan comme des « pestiférés ». Et puis il y a, vite croqués, les décors de ce voyage où l’écrivain se montre à chaque fois empêtré dans des réclamations administratives : Ciudad Trujillo en République dominicaine, « petite capitale étonnamment avenante, qui mêle le vieux style espagnol à l’allure américaine », avant La Havane, « une sorte de Paris tropical allongé au bord de la mer avec une joie de vivre brutale, enfantine », et enfin le Mexique, « le moins petit-bourgeois, le moins endimanché des pays que je connaisse, avec la Russie ». « Magnifique pays sans argent », dira-t-il encore de cette terre où il finira sa vie. Évidemment et essentiellement, ce sont surtout des appels – « bouteilles à la mer » – d’un amour répété sur tous les tons : déterminé, impatient, découragé, déchirant. « Tu m’as dit plusieurs fois que je devrais écrire l’histoire d’un amour », lit-on dans une missive d’octobre 41. À sa manière toute contrariée, cette correspondance est cette histoire.

Anthony Dufraisse

Écris-moi à Mexico de Victor Serge / Laurette Séjourné
Correspondance inédite (1941-1942), Signes et Balises, 239 pages, 17

Écris-moi à Mexico de Victor Serge / Laurette Séjourné Par Anthony Dufraisse
Le Matricule des Anges n°190 , février 2018.
LMDA papier n°190
6.50 €
LMDA PDF n°190
4.00 €